Stratégie du Canada en matière d’éducation internationale

Utiliser notre avantage du savoir comme moteur de l’innovation et de la prospérité

Version PDF (476 Ko)

Message du ministre du Commerce international

L'éducation internationale s'avère essentielle à la réussite du Canada. Dans le contexte d'une économie mondiale très compétitive et axée sur le savoir, les idées et l'innovation vont de pair avec la création d'emplois et la croissance économique. En un mot, l'éducation internationale se trouve au cœur même de notre prospérité actuelle et à venir.

La collaboration internationale en matière d'éducation supérieure favorise le succès à bien des égards, aussi bien au pays qu'à l'étranger. Le fait d'inviter des étudiants et des chercheurs étrangers dans les salles de classe et les laboratoires du Canada favorise la création de nouveaux emplois et de nouvelles occasions pour les Canadiens, tout en permettant de répondre aux besoins qui se dessinent en matière de compétences et de main-d'œuvre. De façon peut-être encore plus importante, l'éducation internationale permet de nourrir les liens interpersonnels qui sont essentiels à la réussite à long terme au sein d'une économie mondiale toujours plus interdépendante.

Le gouvernement du Canada a un rôle d'importance à jouer dans la promotion de la coopération internationale en matière d'éducation supérieure. C'est pourquoi le Plan d'action économique de 2011 annonçait l'octroi de fonds pour la création d'une stratégie globale en matière d'éducation internationale et prônait la mise en place d'un comité consultatif pour organiser de vastes consultations et formuler les recommandations nécessaires. Ainsi, dans le Plan d'action sur les marchés mondiaux que j'ai annoncé en novembre 2013, l'éducation internationale figure à juste titre parmi les 22 secteurs prioritaires où le Canada profite d'avantages concurrentiels considérables.

La Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale est un élément important du Plan d'action sur les marchés mondiaux; elle constitue notre plan directeur pour attirer les talents et faire entrer notre pays dans le XXIe siècle. Avec l'appui de tous les acteurs des domaines de la recherche et de l'éducation (provinces et territoires, établissements d'enseignement, organisations non gouvernementales, secteur privé), nous pouvons faire du Canada un chef de file mondial de l'éducation internationale et assurer notre prospérité future.

La Stratégie comporte certains éléments fondamentaux qui tirent parti de la collaboration fédérale, provinciale et territoriale existante.

Le premier de ces éléments met en relief les six marchés les plus susceptibles d'envoyer des étudiants au Canada, conformément au Plan d'action sur les marchés mondiaux. Parallèlement, il importe que le Canada conserve l'avantage dont il dispose en matière d'éducation internationale dans des pays comme la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Allemagne, la Corée du Sud et le Japon.

Dans la Stratégie, on trouve également l'engagement de « valoriser l'image de marque » du Canada afin d'obtenir un effet maximal. Cela implique de renouveler notre excellente proposition de valeur au chapitre de l'éducation internationale et de créer des outils promotionnels correspondants, comme des stratégies de commercialisation sur mesure afin que les messages aux étudiants potentiels soient plus ciblés et aient encore plus d'impact.

Un autre élément important de la Stratégie consiste à fixer des objectifs ambitieux, et réalisables, en vue d'attirer les étudiants internationaux. De même, la Stratégie vise à accroître les liens entre les établissements canadiens et étrangers, à renforcer les partenariats en matière de recherche et à assurer une meilleure coordination entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que les intervenants du secteur de l'éducation, dont le secteur privé.

Afin de faciliter l'entrée au Canada des étudiants et des chercheurs étrangers, notre gouvernement s'engage également à verser les fonds nécessaires pour assurer le respect de délais raisonnables pour le traitement de visa de résident temporaire, particulièrement pour tenir compte de la demande accrue provenant des marchés visés en priorité.

En bref, la Stratégie préconise un Canada plus prospère, plus novateur et plus compétitif qui met à profit les vastes avantages dont il a la chance de bénéficier et exploite les nombreux débouchés existants.

Je vous invite à examiner plus en détail la Stratégie et à apprécier sa portée pour la sécurité économique à long terme du Canada.

L'honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international

1. Préparer la voie et accroître l'avantage concurrentiel du Canada

S'assurer d'être à la hauteur dans un contexte mondial très concurrentiel

Le Canada entretient des échanges réciproques importants avec plusieurs pays en matière d'éducation; qu'à cela ne tienne, le contexte mondial devient de plus en plus concurrentiel. En 2012, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie, l'Allemagne et la France ont tous attiré plus d'étudiants internationaux que le Canada. En contrepartie, sous un angle plus positif, le nombre d'étudiants internationaux au Canada augmente plus rapidement que dans n'importe quel autre pays. Depuis le lancement du projet pilote Édu-Canada en 2007, il a augmenté de 51 p. 100, soit une moyenne de 8 p. 100 par année. Le Canada doit saisir les possibilités existantes en matière d'éducation internationale et tirer profit de ses nombreux avantages dans le domaine.

C'est pour cette raison que le Plan d'action économique de 2011 prévoyait un financement pour la création d'une stratégie globale en matière d'éducation internationale et prônait la mise en place d'un comité consultatif relevant du ministre du Commerce international et du ministre des Finances. Ce comité devait élaborer des recommandations qui seraient examinées tandis que le gouvernement du Canada élaborait sa stratégie.

Effectuer de vastes consultations en vue d'élaborer une stratégie en matière d'éducation internationale

Un comité consultatif a été créé le 13 octobre 2011, avec pour mandat de formuler des recommandations sur une stratégie visant à maximiser les débouchés dont le Canada pourrait profiter en matière d'éducation internationale. Les autres objectifs étaient les suivants :

  • renforcer la présence du Canada sur les marchés clés et émergents;
  • concentrer nos efforts pour attirer les meilleurs étudiants internationaux et les plus talentueux;
  • encourager les Canadiens à aller étudier à l'étranger;
  • accroître la prestation de services canadiens d'éducation à l'étranger;
  • créer des partenariats entre les établissements d'enseignement canadiens et étrangers, renforcer ceux existants et œuvrer à leur élargissement.

Les membres du Comité consultatif sur la Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale ont été choisis pour leur expertise, leur expérience et leur solide compréhension de l'éducation et de la commercialisation au Canada et à l'étranger. Les membres partageaient également la conviction que la Stratégie du Canada aurait besoin d'un partenariat global entre les gouvernements, le secteur privé, les intervenants de l'industrie et les partenaires commerciaux du Canada.

Composition du Comité consultatif sur la Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale

  • Amit Chakma, recteur et vice-chancelier, Université Western Ontario (président du Comité)
  • André Bisson, président du conseil, Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations, directeur principal de Transat A.T. et chancelier émérite de l'Université de Montréal
  • Jacynthe Côté, présidente et directrice générale, Rio Tinto Alcan
  • Colin Dodds, recteur, Université Saint Mary's
  • Lorna Smith, directrice de l'Office of International Education, Université Mount Royal
  • Don Wright, ex-président, British Columbia Institute of Technology

Le Comité consultatif s'est tourné vers des partenaires gouvernementaux provinciaux et territoriaux, de même que des intervenants du secteur de l'éducation en vue d'établir un processus inclusif et axé sur la collaboration aux fins de mettre au point des recommandations sur la Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale.

Le Comité a suivi un processus en trois phases :

  • Lors de la phase de consultation, le Comité a demandé aux partenaires et aux intervenants de préciser les produits ou les services auxquels ils portaient un intérêt, de définir le travail qu'ils accomplissent pour promouvoir l'éducation internationale et les marchés visés en priorité, ainsi que de déterminer le soutien dont ils avaient besoin pour réussir. Au cours de cette phase, qui s'est déroulée en octobre et novembre 2011, le Comité a reçu près de 140 documents en ligne. 
  • Lors de la phase de participation, des tables rondes ont été organisées au début de décembre 2011 dans les villes d'Ottawa, d'Halifax, de Montréal, de Toronto, d'Edmonton et de Vancouver. À cette occasion, le Comité consultatif y a rencontré des représentants d'associations et d'établissements du milieu de l'éducation ainsi que ceux d'organisations du secteur privé. De même, des consultations ont été menées sur l'accès à du personnel qualifié, en préparation du Plan d'action sur les marchés mondiaux. Au total, le Comité a consulté près de 250 organisations, ainsi que tous les gouvernements provinciaux et territoriaux et le Conseil des ministres de l'Éducation (Canada) (CMEC).
  • Lors de la phase de collaboration, qui s'est déroulée les 17 et 18 janvier 2012, à Toronto, le Comité consultatif a examiné les idées évoquées lors des consultations et des tables rondes avec les partenaires et les intervenants. La discussion a porté principalement sur le thème central de la Stratégie et ses secteurs prioritaires, ainsi que sur les mesures et les engagements nécessaires à notre réussite sur les marchés visés en priorité, y compris une affectation adéquate des ressources de l'ensemble des parties.

Rapport du Comité consultatif sur la Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale

L'éducation internationale : un moteur-clé de la prospérité future du Canada

« L'éducation internationale a un rôle crucial à jouer dans la création d'emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme du Canada.»

« Notre vision pour le Canada s'exprime ainsi : devenir le chef de file du XXIe siècle en éducation internationale afin d'attirer les meilleurs talents et de préparer nos citoyens au marché mondial, de façon à établir des bases solides pour assurer notre prospérité future. »

« Pour profiter de ces avantages et d'autres encore, il est indispensable d'établir une stratégie ambitieuse à long terme. Par chance, de nombreux éléments fondamentaux sont en place. [...] Tous les niveaux de notre secteur de l'éducation, de la maternelle à la fin du secondaire, en passant par les écoles de langues, jusqu'aux établissements d'enseignement postsecondaire (collèges, écoles polytechniques, cégeps et universités), sont actifs sur la scène internationale, tout comme de nombreuses associations professionnelles. Nous disposons donc d'une base solide pour aller plus loin, et le Comité se réjouit que le gouvernement fédéral s'emploie de plus en plus activement à promouvoir les services canadiens d'éducation à l'étranger, notamment en faisant de l'éducation un pilier central des relations bilatérales du Canada avec des pays stratégiques. »

L'éducation internationale : un secteur prioritaire du Plan d'action sur les marchés mondiaux du Canada

L'éducation internationale est l'un des 22 secteurs prioritaires du Plan d'action sur les marchés mondiaux du gouvernement du Canada (annoncé en novembre 2013); les capacités et l'expertise du Canada dans ces secteurs fournissent au pays un très grand avantage concurrentiel.

Le Comité consultatif et le gouvernement du Canada reconnaissent qu'une grande part de la demande en éducation internationale proviendra de pays émergents et en développement – des pays avec des populations relativement jeunes et qui, dans certains cas, ne possèdent pas de capacités adéquates en éducation. Dans ce contexte, le Canada peut profiter au maximum des possibilités qui se présentent à lui en vue d'accroître son rôle de chef de file mondial en éducation internationale, en harmonisant ses efforts avec ceux de ses principaux partenaires, ainsi qu'en s'assurant que les activités et les ressources complètent celles du Plan d'action sur les marchés mondiaux.

Le Canada : une destination de choix pour une éducation supérieure de calibre mondial

Le Canada est un chef de file en matière d'enseignement supérieur. Il se classe en tête des pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), puisque 50 p. 100 de sa population adulte possède un diplôme d'études postsecondaires. Qui plus est, le fait que des étudiants de plus de 180 pays sont venus étudier au Canada en 2012 témoigne éloquemment de l'attrait des systèmes d'éducation du pays.

Le Canada possède plusieurs avantages qui en font une destination de calibre mondial pour l'éducation supérieure. Entre autres, il est :

  • un pays accueillant, sécuritaire et multiculturel offrant une éducation de grande qualité à un coût avantageux;
  • un centre mondial d'innovation, de recherche et de développement;
  • un partenaire de recherche de choix;
  • un pays possédant des établissements de recherche à la fine pointe;
  • un chef de file mondial en matière de perfectionnement des compétences et d'acquisition de compétences spécialisées en vue de l'emploi.

Avantages de l'éducation internationale pour les Canadiens

Création d'emplois, croissance économique et prospérité à long terme

Les étudiants internationaux au Canada sont synonymes de retombées immédiates et significatives pour les Canadiens partout au pays. Selon les données relevées en 2012, 265 400 étudiants internationaux ont dépensé environ 8,4 milliards de dollars au Canada, ce qui a contribué au maintien de quelque 86 000 emplois (se reporter au tableau). En outre, les activités des étudiants internationaux ont contribué à générer plus de 455 millions de dollars en recettes fiscales à l'échelle fédérale et provinciale.

Impact économique des services d’éducation internationale pour le Canada, 2012
 Dépenses totalesÉtudiants en séjour prolongéEmplois
2010
Terre-Neuve-et-Labrador65 000 000 $2 050370
Île-du-Prince-Édouard25 500 000 $80460
Nouvelle-Écosse306 300 000 $9 6551 890
Nouveau-Brunswick119 700000 $3 7731 030
Québec1 200 000 000 $38 1148 000
Ontario3 500 000 000 $111 17129 970
Manitoba229 700 000 $7 2431 640
Saskatchewan180 000 000 $5 6751 050
Alberta587 500 000 $18 5214 770
Colombie-Britannique2 200 000 000 $68 32121 460
Yukon, Territoires du
Nord-Ouest et Nunavut
2 300 000 $730
Autres  5 550
Total général8 416 000 000 $265 40086 570

Nota : *Gains additionnels en emploi provenant des catégories d'étudiants à courte durée de séjour. L'estimation des dépenses par les étudiants internationaux est basée sur une moyenne de 31 720 $ par étudiant international (tous les niveaux d'études) pour les frais de scolarité, de logement, de subsistance, de transport, les achats de livres et les dépenses discrétionnaires, selon Impact économique du secteur de l'éducation internationale pour le Canada – Mise à jour, de Roslyn Kunin & Associates, Inc., mai 2012.

Solution à la pénurie de main-d'œuvre qualifiée

Les étudiants internationaux aident également à atténuer la pénurie de main-d'œuvre qualifiée, laquelle porte atteinte aux capacités du Canada en matière de recherche et d'innovation à long terme, et ils contribuent à combler le « déficit en innovation » relevé dans le rapport Jenkins en 2011 et considéré comme une grande menace à la prospérité future du pays. L'éducation internationale, tant par l'entremise des étudiants internationaux au Canada que des étudiants canadiens à l'étranger, contribue de manière concrète aux atouts du Canada dans le domaine de l'innovation. Entre autres, elle favorise la formation de candidats qualifiés qui peuvent être embauchés à la fois dans le secteur privé et le secteur public.

Diminution de la pression démographique et contribution à la vitalité de la main-d'œuvre à long terme

La population canadienne en âge de travailler est vieillissante et se dirige vers la retraite; or, il n'y a pas suffisamment de candidats pour remplacer ces travailleurs, particulièrement dans les secteurs des métiers spécialisés et là où l'on requiert des professionnels hautement qualifiés, lesquels soutiennent une économie moderne fondée sur la technologie. Selon la Chambre de commerce du Canada, la pénurie de main-d'œuvre hautement qualifiée au Canada est criante et menace la capacité du pays à maintenir le rythme au sein d'une économie mondiale fondée sur le savoir.

Selon Citoyenneté et Immigration Canada, dans la prochaine décennie, l'immigration devrait représenter 100 p. 100 de la croissance nette de la main-d'œuvre, contre 75 p. 100 actuellement. La mise en œuvre d'une stratégie dynamique en matière d'éducation internationale permettra d'attirer les étudiants les plus doués et aidera à assurer la prospérité et la réussite économique du Canada à long terme.

Saisir les occasions de créer de nouveaux débouchés pour les Canadiens

Partout dans le monde, le nombre d'étudiants cherchant à poursuivre leurs études à l'étranger continue d'augmenter. Cela montre qu'à l'échelle mondiale, on est de plus en plus conscient de la relation importante qui existe entre l'éducation internationale et la prospérité nationale. Selon l'OCDE, le nombre d'étudiants inscrits dans des établissements d'enseignement postsecondaire étrangers passera de 3,7 millions en 2009 à 6,4 millions d'ici 2025. Une stratégie dynamique, axée sur l'avenir et visant à attirer une grande partie de ces étudiants au Canada stimulera l'emploi et la prospérité, réglera des problèmes importants liés à la main-d'œuvre et créera des débouchés pour les Canadiens aux quatre coins du pays.

2. Une stratégie globale en matière d'éducation internationale pour le Canada

Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale

L'éducation internationale comprend :

  • tout étudiant étranger qui étudie au Canada pour une durée indéterminée;
  • tout étudiant canadien à l'étranger;
  • toute forme de collaboration entre les établissements d'enseignement et de recherche canadiens et étrangers;
  • toute forme de partage de modèles d'éducation du Canada avec des pays étrangers, et la prestation en ligne de programmes d'éducation canadiens sur la scène mondiale.

Mettre l'accent sur les marchés prioritaires en matière d'éducation

La Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale, une composante essentielle du Plan d'action sur les marchés mondiaux, vise à aider le Canada à exploiter les grands avantages qu'il possède et à mettre à profit les occasions qui existent déjà pour accroître sa prospérité, sa compétitivité et sa capacité d'innovation. Cette stratégie peut aider le pays à demeurer un chef de file mondial et à consolider sa position. Le Plan d'action intègre le secteur de l'éducation et la Stratégie dans les activités de diplomatie économique et de promotion du commerce du Canada.

Le Comité consultatif et le gouvernement du Canada reconnaissent qu'une grande part de la demande en éducation internationale proviendra des pays émergents et en développement. Dans ce contexte, et en vue de tenir compte des marchés visés en priorité dans le Plan d'action sur les marchés mondiaux, la Stratégie est axée sur les pays suivants :

  • le Brésil;
  • la Chine;
  • l'Inde;
  • le Mexique;
  • l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient;
  • le Vietnam.

Parallèlement, il importe que le Canada conserve les avantages dont il profite actuellement dans certains pays, comme la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Japon, la Corée et les États-Unis, où il attire des étudiants, en plus d'être capable de satisfaire à la demande future en provenance des marchés émergents. Pour cette raison, la Stratégie aura la souplesse nécessaire pour mettre en œuvre des programmes novateurs tant sur les marchés bien établis que sur les marchés en développement.

Promouvoir l'image de marque du Canada pour maximiser les chances de réussite

En ce qui a trait à l'image de marque, celle du Canada figure parmi les images inspirant le plus confiance dans le monde. De son rendement économique à son leadership à l'échelle mondiale, en passant par son expertise et son savoir-faire dans différents secteurs économiques d'importance, ou ses collectivités sûres, saines et dynamiques et sa main-d'œuvre hautement qualifiée et multiculturelle, le Canada est reconnu pour être un partenaire fiable. En matière d'éducation internationale, le Canada constitue une destination de choix très respectée.

Les étudiants internationaux reconnaissent la valeur de la proposition du Canada : une éducation cohérente de grande qualité à un prix abordable dans un environnement tolérant, diversifié, sûr et accueillant. En effet, des recherches sur l'opinion publique internationale réalisées récemment par Ipsos Reid pour le compte d'Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada révèlent que les étudiants internationaux reconnaissent l'excellence de l'offre intégrée du Canada, soit de pouvoir travailler durant leurs études ou après avoir reçu leur diplôme, voire même d'y immigrer par la suite.

Le programme pilote Édu-Canada du gouvernement fédéral, offert de 2007 à 2012, a contribué à coordonner, à créer et à promouvoir une image de marque nationale solide en matière d'éducation – dont la gestion a été assurée conjointement avec le CMEC – en collaboration avec le secteur de l'éducation.

Ce programme pilote a donné des résultats importants. À la fin de 2012, les établissements d'enseignement canadiens, avec l'appui du réseau canadien d'ambassades et de consulats, avaient participé à plus de 170 activités annuelles de promotion de l'éducation dans 60 pays, avec l'image de marque « Imagine Education au/in Canada ». Pendant la durée du programme pilote, le nombre d'étudiants internationaux au Canada a augmenté de 51 p. 100.

Toutefois, comme l'a reconnu le Comité consultatif d'experts, il faut poursuivre les efforts de promotion du Canada comme destination de premier choix pour les études et la recherche. Selon le rapport, « une stratégie à long terme claire permettra au Canada de conserver et d'accroître sa part de marché en ce qui concerne l'attraction des chercheurs et des étudiants internationaux les plus brillants ».

Aux termes de la nouvelle Stratégie en matière d'éducation internationale, une nouvelle « image de marque » rajeunie sera créée pour utilisation par les gouvernements et les intervenants clés.

Des outils de promotion de l'image de marque seront mis au point, et des activités seront menées avec des partenaires clés dans des marchés prioritaires; ces efforts comprendront ce qui suit :

  • établir des plans axés sur chacun des marchés prioritaires de l'éducation et adaptés à chacun d'eux;
  • veiller à adapter tous les outils promotionnels, tant numériques que traditionnels (p. ex. feuillets imprimés, médias numériques et sociaux, etc.), de manière à ce qu'ils captent l'attention de chaque marché ou public clé, au Canada et à l'étranger (p. ex. les étudiants éventuels, leurs parents, les orienteurs);
  • mieux coordonner les efforts et les objectifs de promotion entre les gouvernements et les intervenants;
  • veiller à affecter les ressources principalement aux marchés prioritaires;
  • réaffecter les ressources à des missions clés du réseau diplomatique du Canada, y compris les diplomates du secteur économique qui se consacrent à la réalisation des principaux objectifs en matière d'éducation du Canada sur ces marchés.

Comme le Plan d'action sur les marchés mondiaux, la Stratégie suivra une démarche souple que l'on adaptera régulièrement en fonction des tendances mondiales et des possibilités en devenir.

Afin de créer un effet maximum, on concevra et exécutera des activités de promotion de l'image de marque de façon rationnelle et consciente de sa valeur, tout en mettant à profit les investissements de tous les partenaires, y compris les provinces et les territoires ainsi que les établissements d'enseignement et les associations des milieux de l'éducation.

Fixer des objectifs pour attirer des étudiants internationaux

Aux termes de la Stratégie, le gouvernement du Canada collaborera avec les provinces et les territoires, les établissements d'enseignement du Canada et d'autres intervenants pour doubler le nombre d'étudiants internationaux au Canada et le faire ainsi passer de 239 131 qu'il était en 2011, à 450 000 d'ici 2022 (sans prendre la place des étudiants canadiens). En accroissant le nombre d'étudiants internationaux pour qu'il dépasse les 450 000, on créera des sources d'emploi et favorisera la croissance économique et la prospérité dans chaque région du pays.

Créer des emplois et des débouchés pour les Canadiens grâce à l'éducation internationale

Le fait d'attirer plus de 450 000étudiants internationaux au Canada d'ici 2022 aura pour effet :

  • de créer au moins 86 500 emplois nets pour un total de 173 000 nouveaux emplois au Canada tributaires de l'éducation internationale;
  • de faire passer les dépenses des étudiants internationaux au Canada à plus de 16,1 milliards de dollars;
  • d'injecter chaque année près de 10 milliards de dollars dans l'économie canadienne;
  • d'engendrer de nouvelles recettes fiscales de près de 910 millions de dollars*.

*Impact économique du secteur de l'éducation internationale pour le Canada – Mise à jour, Roslyn Kunin & Associates, Inc., mai 2012. Ces chiffres supposent que les multiplicateurs économiques demeurent constants et ne tiennent pas compte de l'inflation.

Renforcer les partenariats de recherche institutionnels et les échanges d'étudiants, et mettre à profit les relations interpersonnelles

La Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale vise à accroître le nombre, l'importance et l'intensité des collaborations en cours entre le Canada et les établissements postsecondaires et centres de recherche étrangers et faire ainsi du Canada un choix idéal aux fins du recrutement universitaire et de la création de partenariats. L'approfondissement des liens entre les instituts de recherche et l'attraction de chercheurs contribueront à renforcer la compétitivité du Canada et son avantage en matière d'innovation — deux clés de la réussite dans une économie du savoir contemporaine très compétitive. Le gouvernement du Canada continuera d'encourager l'établissement de partenariats institutionnels en collaborant avec les intervenants dans le cadre de diverses activités et initiatives. Les aspects clés sur lesquels on mettra l'accent sont les suivants :

  • les échanges d'étudiants et de professeurs;
  • la mobilité des étudiants et des professeurs;
  • la recherche conjointe;
  • l'élaboration de programmes d'études communs;
  • l'offre conjointe de cours;
  • les programmes conjoints d'études et de développement des compétences.

La Stratégie mettra également à contribution les réseaux de diplômés du Canada à l'étranger pour aider à renforcer et à approfondir nos relations stratégiques.
Pour que le Canada montre la voie lorsqu'il s'agit d'entretenir, de créer et d'enrichir les partenariats institutionnels stratégiques, dans le cadre de la Stratégie, le gouvernement du Canada travaillera avec ses partenaires et les intervenants de manière à mieux suivre l'évolution et l'expansion des relations internationales dans le secteur de l'éducation.

De plus, l'éducation internationale permet de resserrer les liens interpersonnels, liens qui contribuent de manière avérée à renforcer les relations politiques, économiques et sociales et celles en matière de développement. La Stratégie encouragera, appuiera et mettra à profit ces liens essentiels, ce qui favorisera la réalisation des objectifs du Canada en matière de commerce et d'investissement dans les marchés prioritaires, parallèlement aux intérêts commerciaux décrits dans le Plan d'action sur les marchés mondiaux.

Appuyer les activités et exploiter les ressources pour maximiser les résultats

Tandis que le gouvernement du Canada collabore avec ses partenaires des milieux de l'éducation internationale du Canada, il veille aussi à l'adoption d'une démarche coordonnée au niveau fédéral. Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, ministère nouvellement restructuré, ainsi que le Centre de recherches pour le développement international, Citoyenneté et Immigration Canada (CIC), Industrie Canada, Emploi et Développement social Canada et d'autres ministères et organismes fédéraux collaboreront pour faire avancer le programme du Canada en matière d'éducation internationale. De nombreux programmes clés de mise en œuvre sont déjà en place dans l'appareil gouvernemental fédéral.

Le Programme des étudiants internationaux de CIC

Afin de remédier aux problèmes de mobilité des étudiants, le Plan d'action économique de 2013 a affecté 42 millions de dollars en deux ans pour accroître la capacité de traitement des demandes liées au Programme de visa de résident temporaire, pour répondre à la demande accrue des visiteurs, des travailleurs temporaires et des étudiants internationaux venant au Canada pour suivre des programmes de formation à court terme et des programmes à long terme menant à l'obtention d'un diplôme.

Conformément aux réformes du Programme des étudiants internationaux actuellement mises en œuvre, les provinces et les territoires définiront quels établissements d'enseignement peuvent recevoir des étudiants internationaux en fonction d'un ensemble d'exigences minimum. Ces modifications viendraient renforcer la réputation mondiale du système d'enseignement postsecondaire canadien, qui tente d'être plus compétitif dans sa recherche de talents dans le monde.

De plus, il sera plus facile pour les étudiants internationaux inscrits dans les établissements d'enseignement désignés de travailler tout en étudiant. Ces étudiants constituent une source de main-d'œuvre qualifiée pour l'avenir : dès la remise du diplôme, ils peuvent être admissibles à la résidence permanente dans le cadre de certains programmes d'immigration comme la Catégorie de l'expérience canadienne (lancée en 2008). Les étudiants internationaux sont des candidats idéals pour immigrer au Canada étant donné qu'ils détiennent des diplômes canadiens, qu'ils maîtrisent au moins l'une des langues officielles et qu'ils ont, pour la plupart, une expérience de travail canadienne pertinente.

Bourses d'études

Le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et territoriaux, de même que d'autres acteurs du secteur de l'éducation, offrent un nombre considérable de bourses d'études aux étudiants et chercheurs émérites étrangers. Les bourses d'études offertes dans tous les domaines d'études et à tous les niveaux de scolarité servent les intérêts des étudiants internationaux et des étudiants canadiens, font la promotion du capital humain des pays en développement et développés et reflètent les priorités et les obligations internationales du Canada. Les boursiers apportent de nouvelles idées au Canada et prennent conscience des débouchés qu'offrent les entreprises et le marché du travail du Canada.

En plus des programmes de bourses d'études existants, le Plan d'action économique de 2013 a affecté 13 millions de dollars en deux ans au programme Globalink de Mitacs, qui attire des étudiants prometteurs du monde entier dans les universités canadiennes et offre aux étudiants canadiens des occasions de formation à l'étranger. Un concours pour la bourse de recherche de Globalink a récemment été lancé pour les étudiants canadiens. Ce prix offre aux finissants et diplômés de premier cycle des universités membres (à part entière et associées) du programme Mitacs l'occasion de participer à des projets de recherche de 12 ou 24 semaines sous la supervision de professeurs dans des universités agréées du Brésil, de la Chine, de l'Inde, du Mexique, de la Turquie et du Vietnam, soit les pays prioritaires ciblés par la Stratégie.

Au cours de l'exercice 2013-2014, la valeur totale des bourses d'études internationales offertes par le gouvernement fédéral a dépassé les 13 millions de dollars. En effet, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada offre plus de 700 bourses d'études aux étudiants de l'Amérique latine, des Caraïbes, des États-Unis, de la Chine et de la Francophonie. De plus, des bourses d'études supérieures et postdoctorales, comme les bourses d'études supérieures du Canada Vanier et les bourses postdoctorales Banting qui ont dépassé les 10 millions de dollars en 2012, sont offertes à des étudiants internationaux talentueux.
Dans le contexte de la Stratégie, le gouvernement du Canada augmentera et coordonnera ses efforts de promotion et de valorisation de l'image de marque du Canada pour offrir une représentation plus complète et plus uniforme des possibilités d'obtention de bourses d'études au Canada et à l'étranger. Le Canada travaillera avec les gouvernements étrangers pour fournir des programmes réciproques de bourses d'études qui offrent des débouchés aux étudiants et aux chercheurs canadiens.

Nouveau soutien à la Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale

Conscient de la nécessité d'adopter une vaste Stratégie en matière d'éducation internationale, le gouvernement du Canada s'engage à y effectuer des investissements de manière à garantir l'atteinte des objectifs. La Stratégie s'inscrit parfaitement dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement fédéral en vue de créer des emplois et des débouchés, et de sa détermination à rétablir l'équilibre budgétaire à court terme. En effet, en misant sur des investissements judicieux et en collaborant avec des partenaires pertinents, la Stratégie permettra de créer des milliers d'emplois et d'injecter des milliards de dollars dans notre économie à long terme.

Tel qu'il est prévu dans le Plan d'action économique de 2013, un financement permanent de 5 millions de dollars par an sera accordé pour appuyer les objectifs de la Stratégie en matière d'éducation internationale. Le financement sera initialement consacré aux initiatives visant les marchés prioritaires.

3. Un partenariat pancanadien pour assurer la prospérité à long terme du Canada

Aux termes de la Stratégie, le gouvernement du Canada travaillera avec les provinces et les territoires, le CMEC et les différents intervenants canadiens qui œuvrent dans le milieu de l'éducation internationale afin de diffuser un message uniforme, d'harmoniser les activités et d'atteindre des objectifs communs.

Harmoniser les efforts avec ceux des provinces et des territoires

Conseil de la fédération : Plan d'action pour la promotion de l'éducation internationale à l'intention des provinces et des territoires

En 2011, le Conseil de la fédération, composé des premiers ministres des provinces et des territoires, a adopté le Plan d'action pour la promotion de l'éducation internationale à l'intention des provinces et des territoires. Intitulé Pour mettre l'éducation au Canada à la portée du monde, et le monde à celle du Canada, ce plan « qui cherche à compléter les activités en cours entreprises dans chaque instance par les gouvernements provinciaux et territoriaux et les établissements d'enseignement, cible les mesures que les provinces et les territoires peuvent prendre individuellement, collectivement et en partenariat avec le gouvernement fédéral ».

Le gouvernement du Canada collabore déjà activement avec les provinces et les territoires sur des questions liées à l'éducation internationale, et la Stratégie permettra d'accroître la coordination stratégique et d'exploiter au maximum l'utilisation des ressources existantes. Voici quelques exemples :

  • La Table ronde nationale sur la promotion de l'éducation, dirigée par Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, regroupe 60 intervenants du secteur de l'éducation ainsi que des représentants des provinces et des territoires, qui agissent à titre d'observateurs.
  • La mise en œuvre d'un plan d'action conjoint établi par le Comité consultatif fédéral-provincial sur les activités internationales liées à l'éducation.
  • Le Comité consultatif sur les étudiants internationaux et l'immigration, un mécanisme de consultation avec les intervenants au sujet de questions relatives à l'immigration qui touchent l'éducation.

La Stratégie favorisera la tenue de discussions entre les provinces et les territoires en vue de l'organisation conjointe de « missions axées sur l'éducation et le savoir » dans les pays prioritaires.

Par ailleurs, il sera essentiel de collaborer étroitement avec les provinces et les territoires afin de mettre en œuvre les éléments clés du plan, comme la création d'une nouvelle image de marque, l'augmentation du nombre d'étudiants internationaux au Canada, le repérage des possibilités de participation à de grands événements liés à l'éducation, l'amélioration des processus de traitement des visas d'étudiant ainsi que l'établissement de diverses ententes bilatérales avec les pays prioritaires touchant tous les aspects de l'éducation et de la recherche.

Renforcer les relations avec les principaux intervenants de l'industrie

Un monde d'apprentissage : Extrait du rapport de 2013 du Bureau canadien de l'éducation internationale

« Le degré de satisfaction des étudiants internationaux demeure élevé : nos sondages réalisés en 2012 et 2013 démontrent qu'environ neuf étudiants sur 10 étaient satisfaits ou très satisfaits de leur expérience au Canada. En tout, 96 p. 100 des étudiants ont indiqué qu'ils recommanderaient assurément ou probablement le Canada comme destination d'études. De plus en plus, le Canada semble devenir la destination de choix parmi les étudiants. »

Le gouvernement du Canada est déterminé à œuvrer de concert avec ses intervenants clés du secteur de l'éducation internationale pour promouvoir des objectifs communs. Actuellement, la Table ronde nationale sur la commercialisation de l'éducation, qui rassemble quelques-uns des intervenants les plus importants du secteur, évalue la satisfaction des clients et sollicite des avis constructifs sur les questions touchant l'éducation internationale. Font partie de la Table ronde les organisations suivantes :

  • Bureau canadien de l'éducation internationale
  • Association des universités et collèges communautaires du Canada
  • Association des collèges communautaires du Canada
  • Association des universités de la francophonie canadienne
  • Polytechnics Canada
  • CEGEP International
  • Langues Canada
  • Association canadienne des écoles publiques – International
  • Association nationale des collèges de carrières

Le Canada, un pionnier de l'enseignement en ligne, offre un large éventail de cours aux étudiants dans le monde entier. La multitude de cours en ligne ouverts à tous influe sur la prestation mondiale de services d'éducation, et les établissements canadiens sont à l'avant-garde pour ce qui est de l'utilisation de cette technologie numérique. Par exemple, l'Université virtuelle canadienne offre un guichet unique d'accès aux cours en ligne d'un grand nombre d'établissements canadiens de premier plan. Le gouvernement travaillera de concert avec les fournisseurs canadiens de services d'éducation pour accroître le nombre d'étudiants internationaux participant à ces initiatives.

Nouveaux engagements pour consolider des relations clés

  • Dans le contexte de la Stratégie, le gouvernement du Canada consultera la soixantaine d'intervenants représentés à la Table ronde nationale sur la commercialisation de l'éducation, notamment les observateurs provinciaux et territoriaux, afin de s'assurer que la Table ronde favorise l'établissement d'un vaste partenariat de nature à stimuler l'expansion du secteur de l'éducation internationale du Canada.
  • Parallèlement, le gouvernement du Canada tiendra régulièrement des consultations avec le Consortium canadien de l'éducation internationale — qui regroupe les principaux intervenants du secteur canadien de l'éducation — afin d'assurer la coordination des efforts.
  • Le gouvernement du Canada désignera un délégué commercial pour le représenter au sein du Consortium afin de promouvoir un dialogue constant tout au long de la mise en œuvre de la Stratégie.
  • Le gouvernement du Canada appuiera la mise en place d'un système de gestion des événements afin d'assurer une meilleure coordination des activités envisagées par divers intervenants.

Renforcer la présence du Canada dans le secteur mondial de l'éducation

La diplomatie du savoir (Citation du gouverneur général)

« La découverte, le partage et l'approfondissement de toutes sortes de connaissances entre les disciplines et entre les frontières sont un processus que j'appelle la diplomatie du savoir. Passionné que je suis d'histoire, je sais que les plus grands progrès de la civilisation, bien souvent, n'ont pas trouvé leur origine dans une seule discipline, mais bien à l'intersection de diverses disciplines. Bien que ce phénomène ait lieu à plusieurs niveaux géographiques — local, régional et national — il est particulièrement puissant lorsque nous traversons les frontières nationales et que nous cultivons les interactions entre professeurs, chercheurs, étudiants et autres de différents pays. »

Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada, allocution prononcée à l'occasion de la remise des prix Fulbright, Boston, mai 2013.

La campagne de promotion de la Stratégie et les plans ciblant des marchés prioritaires continueront de favoriser les relations avec les établissements internationaux de qualité supérieure et les intervenants majeurs du secteur de l'éducation en bâtissant des partenariats stratégiques intergouvernementaux.

Le Canada est en excellente position pour déployer ses principaux atouts en recherche et en innovation grâce aux mécanismes existants, comme les protocoles d'entente internationaux et d'autres instruments de coopération. Parmi les initiatives en cours en matière d'éducation auprès des pays prioritaires, mentionnons :

En collaboration avec les administrations provinciales et territoriales et des intervenants, le gouvernement du Canada œuvrera à mettre au point et à renforcer de nouveaux instruments stratégiques de coopération avec les pays prioritaires pour intensifier la collaboration en matière de recherche, la mobilité réciproque des étudiants et la diffusion du savoir. Le Canada a beaucoup d'atouts à partager avec ses partenaires commerciaux.

Les Canadiens partagent leur savoir avec le monde

Le Canada est réputé pour la très haute qualité de ses modèles d'éducation à tous les niveaux. On reconnaît l'excellence de la formation de ses enseignants et de ses outils de renforcement des capacités et de transfert de connaissances, ainsi que les liens étroits qu'il a su établir entre les établissements d'enseignement et l'industrie, ce qui permet de former une main-d'œuvre hautement qualifiée. Bon nombre des établissements d'enseignement du Canada, y compris les écoles polytechniques supérieures, élargissent leurs programmes de formation industrielle à l'étranger. Les pays émergents voient de plus en plus les collèges communautaires du Canada comme des modèles pour répondre à la pénurie de compétences et aux besoins d'une cohorte croissante de jeunes en quête d'emplois.

Selon un rapport récent de l'Association des universités et collèges du Canada, les universités du pays — à l'instar des industries canadiennes de l'extraction minière, de l'agriculture et de l'exploitation forestière — portent leur regard au-delà des frontières. Le Canada a su se tailler une place au sein de la communauté mondiale. Qu'il s'agisse d'innover dans les domaines de la nanotechnologie ou de l'informatique quantique, ou encore de comprendre le génome humain ou les médias électroniques, nous avons attiré l'attention du monde entier. Les partenariats internationaux en matière de recherche et d'innovation sont essentiels pour stimuler la prospérité dans la nouvelle économie du savoir. Nous devons tirer profit de cette attention et consolider notre réputation pour exploiter pleinement les nouvelles possibilités ainsi offertes.

Grâce à la Stratégie, le gouvernement du Canada continuera de promouvoir l'exportation du savoir-faire canadien en matière d'éducation en cherchant des possibilités de promouvoir ce secteur et en soutenant les efforts de marketing des intervenants canadiens. Le gouvernement appuiera également les efforts visant à définir des parcours pour les étudiants internationaux afin qu'ils puissent profiter d'autres possibilités d'éducation au Canada.

Le gouvernement du Canada peut miser sur des initiatives fédérales existantes comme la Stratégie en matière de technologie et d'innovation et, en particulier, le Plan d'action sur les marchés mondiaux. En fait, toutes les activités liées à l'éducation refléteront le nouvel accent que met le gouvernement du Canada sur la promotion du commerce. En mettant toutes les ressources diplomatiques du Canada à profit pour assurer le succès commercial des entreprises et des investisseurs canadiens, nous aiderons nos établissements d'enseignement de calibre mondial qui œuvrent à l'étranger de même que ceux qui attirent des étudiants au pays, générateurs d'emplois et de prospérité. Le réseau diplomatique du Canada aura un rôle crucial à jouer tant sur les marchés prioritaires que dans les pays où le Canada jouit manifestement d'un avantage concurrentiel dans le secteur de l'éducation.

4. Mesure du rendement

La Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale cherche à atteindre les objectifs suivants : 

  • Doubler le nombre d'étudiants internationaux au Canada d'ici 2022 (par rapport au niveau de 2011).
  • Accroître le nombre d'étudiants internationaux qui choisissent de demeurer au Canada comme résident permanent après l'obtention de leur diplôme.
  • Élaborer et mettre à jour périodiquement des stratégies nationales pour les marchés prioritaires, en coordination avec le Plan d'action sur les marchés mondiaux.
  • Allouer des ressources pour les marchés prioritaires et les principales ambassades responsables de ces marchés.
  • Mettre en place des programmes novateurs aussi bien pour les marchés établis que pour les marchés en développement. 
  • Revoir régulièrement la Stratégie et l'adapter pour tenir compte des plus récentes tendances et de nouvelles occasions à saisir.
  • Suivre et évaluer les progrès à mi-chemin, soit en 2018, quant à l'objectif de doubler le nombre d'étudiants.
  • Faire la promotion d'un plus grand nombre de partenariats internationaux entre les établissements d'enseignement canadiens et leurs homologues internationaux.
  • Établir des partenariats stratégiques avec des pays clés.
  • Améliorer le plan de marketing et de promotion de l'image de marque pour qu'il soit mieux adapté aux marchés prioritaires.
  • Mettre en valeur l'identité multiculturelle et bilingue du Canada dans les efforts de marketing et de création de partenariats stratégiques et en tirer parti.
  • Tirer parti des réseaux d'anciens étudiants.
  • Mettre en lumière l'atout de la langue française au Canada pour accroître la part du Canada sur le marché international des étudiants francophones.
  • Renforcer la coordination entre les gouvernements, ainsi qu'avec le CMEC et les intervenants.
  • Collaborer avec des enseignants donnant des cours en ligne pour susciter un accroissement du nombre d'inscriptions de la part d'étudiants internationaux.
  • Créer un poste de délégué commercial au sein du Consortium canadien de l'éducation internationale (CCIE).
  • Renforcer le soutien local pour les clients de l'éducation, y compris au moyen de renseignements améliorés sur les marchés et d'accès des clients à ceux-ci.
  • Promouvoir la mobilité réciproque des étudiants et des chercheurs.
  • Renforcer la coopération afin de tirer parti des bourses d'études de manière à réaliser les objectifs de la stratégie.

Mesurer le succès

Le Canada est un chef de file mondial reconnu en matière d'enseignement postsecondaire. En tant que secteur dynamique de l'économie, l'éducation emploie des milliers de Canadiens d'un bout à l'autre du pays et offre d'innombrables possibilités sur les plans de la recherche et de l'innovation. Les étudiants internationaux sont essentiels à notre réussite tout comme la capacité de nos propres étudiants d'aller étudier à l'étranger et de ramener au Canada de nouvelles idées et découvertes.

En 2014, nous en sommes à une étape décisive pour assurer notre avancement continu en tant que chef de file en matière d'éducation dans le monde et nous devons exploiter nos avantages concurrentiels d'une manière stratégique, concertée et mesurable.

Pour garantir que la Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale atteigne les résultats escomptés, le gouvernement du Canada élaborera et mettra en œuvre des mesures de rendement, y compris des cibles pour le nombre d'étudiants étrangers ou canadiens, des accords bilatéraux, des indicateurs sur le Web et les médias sociaux ainsi que des recherches sur l'opinion publique et des sondages auprès des intervenants.

Les données de référence, les cibles et les réalisations seront fixées et surveillées en partenariat avec les provinces et les territoires, les établissements d'enseignement et d'autres intervenants.

« La Stratégie du Canada en matière d'éducation internationale franchit un jalon décisif. Cette avancée améliorera considérablement notre capacité de livrer concurrence pour attirer des étudiants internationaux à tous les niveaux de l'éducation, avec tous les avantages que cela confère au Canada. Par ailleurs, de façon importante, cette stratégie conduit à une vision plus large de la valeur de l'éducation internationale pour le Canada et pour nos partenaires du monde entier, car l'éducation internationale est l'assise même de la diplomatie de la connaissance et fournit à la prochaine génération d'étudiants canadiens et internationaux les outils dont ils ont besoin pour contribuer de manière significative à la société mondiale. » 

Mme Karen McBride, présidente et chef de la direction, Bureau canadien de l'éducation internationale