Vietnam
Plan d’accès aux marchés 2015-2017

CapitalePopulationSuperficie totaleMonnaie
Hanoï90,6 millions329 560 km²Dong vietnamien (VND)

L’importance du Vietnam

Le Vietnam est :

  • un marché émergent prioritaire au titre du Plan d’action sur les marchés mondiaux du Canada;
  • l’une des économies de l’Asie du Sud-Est qui affichent une croissance rapide avec un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 6,0 p. 100 en 2014 et un taux de croissance cible de 6,2 p. 100 en 2015;
  • l’un des partenaires commerciaux du Canada les plus importants en Asie du Sud‑Est avec un commerce bilatéral atteignant 3,3 milliards de dollars en 2014;
  • en pleine réorientation vers une économie de marché avec une classe moyenne en pleine expansion;
  • de plus en plus dépendant des exportations, qui sont l’une des composantes clés de sa croissance.

Les relations bilatérales entre le Canada et le Vietnam se développent et se renforcent depuis plus de 42 ans. Les deux pays profitent d’une solide relation à multiples facettes fondée sur diverses institutions d’envergure et mécanismes d’importance, notamment la participation aux activités d’organismes hémisphériques et internationaux comme le Forum régional de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Francophonie, les Nations Unies et  le Partenariat transpacifique (PTP).

L’économie du Vietnam repose de plus en plus sur les exportations. D’importantes réformes (« Doi Moi » ou Renouvellement) ont entraîné de grands changements économiques et un marché de plus en plus intégré. Cela laisse présager la réalisation de réformes pragmatiques nécessaires pour améliorer le contexte opérationnel et attirer des investissements étrangers directs.

D’un point de vue commercial, le Canada jouit d’une bonne réputation auprès du Vietnam. De plus, la vaste diaspora de Canadiens d’origine vietnamienne (plus de 220 000) contribue à la création d’autres liens.

La croissance rapide de la classe moyenne du Vietnam ainsi que du pouvoir d’achat de cette dernière renforcent la réorientation politique du pays vers une économie de marché. La croissance de la classe moyenne laisse présager une croissance soutenue des exportations canadiennes au Vietnam, particulièrement des produits alimentaires et de consommation. Les salariés à revenu moyen et élevé du Vietnam demandent des produits alimentaires de meilleure qualité et plus sécuritaires, une tendance qui a stimulé la demande en importations. Cette croissance de la classe moyenne exercera également une pression supplémentaire sur la demande en enseignement de grande qualité, demande qui devrait être de plus en plus comblée par l’entremise de l’éducation internationale.

Les efforts déployés par le Vietnam pour accéder à de nouveaux marchés et approfondir son intégration internationale entraînent la signature d’accords de libre-échange avec des partenaires commerciaux de l’Asie. Ces accords pourraient créer d’autres possibilités pour les entreprises canadiennes qui ont déjà investi au Vietnam ou qui étudient d’autres possibilités au Vietnam ou dans la région.

Contexte économique au Vietnam

Le Vietnam est parvenu à maintenir un taux d’inflation relativement faible de 4,1 p. 100 en 2014, soit le taux le plus bas depuis celui enregistré en 2003 (3 p. 100). Ce taux devrait s’établir à 1,7 p. 100 en 2015 (Economist Intelligence Unit).

En mai 2015, la Banque d’État a dévalué la monnaie d’un pour cent pour la deuxième fois dans l’année afin de maintenir le niveau de compétitivité des exportations, qui représente un facteur clé du maintien d’une balance commerciale positive.

Le Vietnam atteindra rapidement la limite réglementaire de la dette publique, qui a été fixée à 65 p. 100 du PIB. Le montant de la dette s’élève actuellement à 120,5 milliards de dollars, soit environ 58,7 p. 100 du PIB. On s’attend à ce que le Vietnam atteingne le  plafond de sa dette en 2017 (Fonds monétaire international).

Vietnam en chiffres (2014)
PIB205,2 milliards de dollars
PIB par habitant2 264 $
Croissance du PIB6,0 %
Inflation4,1 %
Taux de chômage2,5 %
Exportations de marchandises du Canada477,7 millions de dollars
Importations de marchandises du Canada2 832,9 millions de dollars
Exportations de services du Canada (2013)85 millions de dollars
Importations de services du Canada (2013)75 millions de dollars
Investissement étranger direct du Vietnam au Canadaconfidentiel
Investissement direct du Canada au Vietnamconfidential
Croissance potentielle annuelle de l’exportation à long terme6,7 %

Intérêt commercial du Vietnam pour le Canada

Aperçu

Le commerce bilatéral entre le Canada et le Vietnam a atteint un sommet historique de 3,3 milliards de dollars en 2014, soit une augmentation de 28,8 p. 100 par rapport à l’année précédente. Il s’agit d’un des taux de croissance les plus élevés de l’ANASE. Les exportations canadiennes ont augmenté de 11,8 p. 100, soit 477 millions de dollars en 2014, et s’inscrivaient principalement dans les catégories suivantes : poisson et fruits de mer, engrais, oléagineux, machinerie et aliments en conserve. Lors des cinq premiers mois de 2015, les exportations canadiennes vers le Vietnam ont doublé, celles‑ci augmentent de 46,6 p. 100 d’une année à l’autre. Les importations canadiennes provenant du Vietnam ont augmenté de 32,2 p. 100 en 2013, s’établissant à 2,83 milliards de dollars en 2014 et s’inscrivaient dans les catégories suivantes : vêtements, machinerie, chaussures et meubles.
 
Les entreprises canadiennes s’associent au Vietnam en raison de sa stabilité relative, de sa qualité de la main-d’œuvre, de son marché s’ouvrant graduellement et de plus en plus transparent, de ses ressources naturelles et de sa position géostratégique dans la région ainsi que de la présence des entreprises multinationales faisant partie des chaînes d’approvisionnement mondiales.

Les occasions d’affaires au Vietnam s’inscrivent principalement dans les secteurs de l’industrie de fabrication,  dominés par les nations de l’Asie, c’est-à-dire le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et Singapour. Selon le ministère de la Planification et des Investissements du Vietnam, les investissements directs étrangers nouvellement enregistrés et ajoutés totalisaient 20,23 milliards de dollars américains en 2014, soit un équivalent de 93,5 p. 100 pour la même période en 2013.

Facteurs à prendre en considération avant d’exporter

Le Vietnam se classe au 78e rang de l’indice de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale derrière Singapour, la Malaisie et la Thaïlande. Les principaux défis du Vietnam sont liés au long et complexe processus devant être suivi pour démarrer une entreprise, à l’accès aux services énergétiques et à l’impôt.

Depuis l’accession du Vietnam à l’OMC en 2007, il a réalisé une série de réformes afin d’améliorer le climat du commerce et de l’investissement du pays, y compris la réforme de la Loi sur l’entreprise et l’investissement,qui visent à éliminer tous les obstacles reliés au commerce au Vietnam. La levée récente de la limite de propriété étrangère au Vietnam pour les entreprises nationales inscrites, y compris dans le domaine de l’immobilier, s’inscrit dans les mesures prises par le pays pour attirer les investissements.

Toutefois, le climat du commerce au Vietnam est toujours complexe en raison de la lourdeur du cadre juridique et réglementaire, qui a parfois eu une incidence sur l’accès au marché pour les produits agricoles et agroalimentaires du Canada. Le gouvernement du Canada continue de collaborer avec le Vietnam dans le cadre de ces questions et vise à atténuer ces préoccupations et l’incidence sur les exportations canadiennes.

Possibilités et défis propres aux secteurs

Agriculture et aliments transformés

Le domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire est un aspect important des activités commerciales du Canada au Vietnam, qui représente environ la moitié des exportations totales du Canada au pays.

La population jeune, la croissance de la classe moyenne et la proportion de salariés au revenu élevé du Vietnam contribuent à la modification du mode de vie, des tendances d’achat et de consommation. La demande du marché en fruits de mer de grande qualité et de confiance a connu une augmentation après de nombreux scandales liés à la salubrité des aliments au Vietnam et en Chine.

Le Canada est un fournisseur bien connu de fruits de mer de grande qualité sur le marché et les consommateurs locaux considèrent que les produits canadiens sont de calibre mondial. Plusieurs spécialités canadiennes sont bien connues au Vietnam, notamment la panope du Pacifique, les huîtres, le homard, les cerises, les pommes Ambrosia et les confiseries.

En raison du niveau de sensibilisation accru et de l’augmentation de la demande en produits biologiques, il existe des occasions pour les fermiers canadiens certifiés en tant que producteurs biologiques. 

Le gouvernement met l’accent sur la restructuration du secteur agricole (y compris les sous-secteurs aquatique, des cultures et du bétail), particulièrement sur les gains de productivité, la valeur ajoutée et la durabilité. Cette tendance génère d’autres occasions pour les fournisseurs canadiens d’animaux reproducteurs, de produits biologiques et de nourriture pour animaux.

De nouveaux règlements touchant les aliments et des produits de base sont entrés en vigueur au cours des dernières années en raison d’un accent accru mis sur la salubrité alimentaire et des questions sanitaires et phytosanitaires. Les règlements sont souvent inutilement restrictifs et l’entrée en vigueur de ces derniers n’est pas uniforme, ce qui complique parfois la tâche aux fournisseurs canadiens qui doivent naviguer dans le cadre réglementaire complexe du Vietnam.

Éducation

Le Vietnam est un marché prioritaire dans le cadre de la Stratégie internationale en matière d’éducation du Canada et est la plus grande source d’étudiants internationaux provenant de la région de l’ANASE. Environ 4 842 citoyens vietnamiens étudiaient au Canada en 2014. Ces étudiants ont dépensé environ 154 millions de dollars en 2014. Avec plus de 20 millions de citoyens vietnamiens âgés de 12 à 24 ans, l’augmentation rapide de la classe moyenne et un système d’éducation ayant du mal à répondre à la demande de ses citoyens en matière de qualité et de réputation, le Vietnam est un marché au grand potentiel de croissance en ce qui a trait au recrutement des étudiants de tous les niveaux, des partenariats institutionnels et de la formation organisationnelle.

À mesure que la demande augmente, le Canada est de plus en plus considéré comme une destination de choix pour les études. Le Canada est perçu comme possédant un système d’éducation de grande qualité, concurrentiel au chapitre des coûts, offrant des possibilités intéressantes de travail et d’immigration, y compris une communauté bien établie de Canadiens d’origine vietnamienne. Le Canada est également perçu comme une bonne destination pour la recherche possédant une capacité et des établissements de recherche bien établis.

Technologies de l’information et des communications

Le Vietnam vise à établir l’une des meilleures infrastructures de technologies des communications de la région et du monde. Le secteur des télécommunications du Vietnam est l’un des marchés de télécommunication dont la croissance est la plus élevée dans le monde et continue d’offrir de nombreuses possibilités de croissance étant donné qu’une grande part des consommateurs continue de recevoir des services de base à faible valeur ajoutée. Le secteur du 3G est particulièrement attirant puisque les consommateurs attendent toujours de profiter de ces services et des avantages connexes. Selon le ministère de l’Information et des Communications du Vietnam, le pays comptait 131,6 millions de téléphones cellulaires et 4,8 millions d’utilisateurs Internet large bande à la fin de 2012. En 2015, la majorité des Vietnamiens accédaient à Internet au moyen de leur téléphone cellulaire.

Les possibilités pour les entreprises canadiennes s’inscrivent dans les domaines du 3G et du 4G, des applications mobiles, de la télévision et des médias numériques et des réseaux de prochaine génération. Les entreprises canadiennes peuvent également offrir des solutions ou des services de TI par l’entremise des chaînes d’approvisionnement des multinationales canadiennes (MNC) en sciences de la vie, en services financiers, en éducation et en enseignement, en transports et en logistiques. D’autres occasions existent au sein du marché de large bande, de la technologie de communications par satellite, du matériel informatique, des logiciels, des services en ligne et des partenariats de recherche scientifique et technologique.

Certains des plus grands défis associés aux affaires dans ce secteur comprennent notamment la dominance des entreprises d’État, particulièrement dans le domaine des télécommunications, l’absence d’un organisme de réglementation des télécommunications vraiment indépendant, la bande passante limitée, l’existence d’un « pare-feu » national, un faible niveau de protection de la propriété intellectuelle et un bassin limité de travailleurs en TI qualifiés qui ont de la difficulté à répondre à la demande.

Pétrole et gaz

Le Vietnam occupe le troisième rang dans la région de l’Asie du Sud-Est, derrière l’Indonésie et la Malaisie, et le 33e rang à l’échelle mondiale pour la production de pétrole brut et de gaz. Les exportations de pétrole sont considérées comme une part importante de la balance commerciale du Vietnam et représentent 5,4 p. 100 du revenu total d’exportation et près de 30 p. 100 du PIB. À l’heure actuelle, le Vietnam est autosuffisant en matière de gaz.

Le Vietnam a établi un plan ambitieux visant à dynamiser l’investissement dans ce secteur, autant dans les sous-secteurs en aval et en amont. Le secteur du pétrole et du gaz au Vietnam est dominé et contrôlé par Petro Vietnam, une entreprise d’État. La création de solides liens avec cette entreprise ou ses nombreuses filiales est essentielle pour les entreprises canadiennes intéressées dans ce secteur du marché.

Le Vietnam continue d’encourager les investissements étrangers afin de localiser et d’exploiter les réserves de pétrole et de gaz. De grandes entreprises mondiales, comme Exxon Mobil, Chevron, Repsol/Talisman, Petronas, Conono-Phillips, Nippon Oil et plusieurs autres multinationales ont organisé des activités d’exploration et de production à long terme au Vietnam.

Au cours des dernières années, le Vietnam a connu une forte demande en équipement et en technologies sophistiqués afin d’optimiser les extrants de l’exploration et de la production extracôtière de pétrole brut et de gaz naturel ainsi que de la production pétrochimique.

La demande en équipement et en services en amont inclut notamment les vannes de commande, l’équipement de forage, les outils sous-marins, les remorqueurs et les bateaux de sauvetage ainsi que les mécanismes de gestion des déversements de pétrole. Les tuyaux, les soupapes, l’équipement de soutien, les services de maintien des centrales de gaz naturel, les usines de production d’engrais et les raffineries de pétrole occupent une place importante dans la liste des secteurs médian et en aval. En 2013, le marché de l’équipement et des services était estimé à 3,4 milliards de dollars américains. Dans le secteur en aval, d’importants investissements dans les raffineries de pétrole et les usines pétrochimiques ont pavé la voie pour les investisseurs et les fournisseurs.

Négociations et accords majeurs

Le Partenariat transpacifique (PTP)

Le PTP est l’une des initiatives les plus ambitieuses et les plus compréhensives en matière d’accord commercial régional de l’Asie-Pacifique et servira à approfondir les liens commerciaux avec ce marché en essor rapide. Le PTP comprend actuellement les 12 pays suivants : l’Australie, Brunéi, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis, et le Vietnam, ce qui représente un marché total de presque 800 millions de personnes et un produit intérieur brut (PIB) de 28,5 billions de dollars.

Accord sur la double imposition

Le 14 novembre 1997, le Canada et le Vietnam ont signé un accord afin d’éviter la double imposition et de prévenir l’évasion fiscale en ce qui a trait à l’impôt sur le revenu.

Lettre d’intention sur la coopération bilatérale

Lors de la visite du vice-premier ministre et du ministre des Affaires étrangères du Vietnam au Canada en septembre 2014, une lettre d’intention au sujet de la coopération bilatérale dans divers secteurs a été signée. Grâce à cette lettre d’intention, le Canada et le Vietnam appuient leurs liens commerciaux et confirment l’importance de la coopération économique en tant que fondement d’une relation bilatérale. Les deux parties se sont engagées à renforcer le commerce des marchandises, le commerce de services, les investissements et les partenariats commerciaux. Cette lettre vise également à créer un environnement propice à l’élargissement des initiatives en matière d’éducation et de recherche dans des domaines d’intérêt commun.

Perspectives de développement au Vietnam

Le Vietnam est un pays ciblé en matière d’aide au développement par le Canada  en Asie du Sud-Est, avec un budget annuel d’aide de 20 millions de dollars. Depuis 1990, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (et avant 2012, l’Agence canadienne de développement international) ont versé au Vietnam plus de 886 millions de dollars en aide au développement. Le programme du Canada actuellement en place au Vietnam cadre avec les priorités de ce dernier en matière de développement et de réduction de la pauvreté, tel qu’il est indiqué dans son plan de développement socioéconomique. Il cible les fondements économiques de la croissance en mettant l’accent sur l’amélioration de la responsabilisation et le renforcement de la capacité des institutions publiques, y compris le système de réglementation et de surveillance bancaire du Vietnam, l'amélioration du processus d’élaboration des lois et le soutien aux efforts de réforme macroéconomique.

Dans le secteur agricole, le Canada s’emploie à améliorer la qualité et la salubrité des aliments, à contribuer au développement des coopératives et à accroître la compétitivité agricole, notamment parmi les personnes défavorisées en milieu rural et les femmes. Le Canada contribue également à l’accroissement des possibilités économiques en mobilisant le secteur privé et en augmentant l’accès au crédit pour accroître la compétitivité.

Dans le secteur de l’éducation, le Canada appuie le système d’éducation technique et professionnel du Vietnam en améliorant la capacité des institutions de formation à offrir un programme qui répond aux besoins du secteur privé et en améliorant l’efficacité du processus de prestation de la formation technique.

Le mécanisme Canada-Asie de commerce et d’investissement pour la croissance finance des projets régionaux accessibles au Vietnam, y compris le financement par actions pour les petites et moyennes entreprises et le renforcement de la capacité des partenariats public-privé. À titre de membre de l’ANASE, le Vietnam profite de l’appui du Canada à Croissance de l’Asie, un programme visant à mobiliser le secteur privé et à cerner les possibilités de collaboration ayant pour objectif d’accroître la salubrité des aliments et de favoriser la croissance agricole dans la région de l’ANASE.

Quelques événements commerciaux à ne pas manquer

  • Agriculture et aliments transformés
    • Festival annuel des aliments canadiens, novembre 2015
    • Vietstock 2016, octobre 2016
  • Éducation
    • Salons annuels de l’éducation du Canada, octobre 2015
  • Pétrole et gaz
    • 4e délégation du pétrole et du gaz au Vietnam, novembre 2015 (gouvernement de l’Alberta)

Services de soutien

  • Service des délégués commerciaux du Vietnam : Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) offre des renseignements sur les marchés étrangers, une introduction aux principaux réseaux, des conseils pour la réduction des coûts et des risques, un service de dépannage pour les problèmes commerciaux et du soutien sur le terrain.
  • Ambassade du Canada au Vietnam : Les bureaux du gouvernement du Canada à l’étranger offrent divers services, y compris des services consulaires.
  • Consulat général du Canada à Ho Chi Minh : Les bureaux du gouvernement du Canada à l’étranger offrent divers services, y compris des services consulaires.
  • Exportation et développement Canada (EDC) : Grâce à ses représentants qui partagent les locaux de l’ambassade du Canada à Singapour, EDC peut offrir une connaissance du marché, une assurance au crédit, des garanties bancaires, un financement des acheteurs étrangers, une assurance contre les risques politiques, et un soutien aux investissements étrangers et aux sociétés étrangères affiliées.
  • Corporation commerciale canadienne : La CCC fournit de l'aide en matière de contrats entre gouvernements.
  • Ministère de la Défense nationale : Le MDN a déployé un attaché de défense en Thaïlande, qui est responsable des relations de défense avec le Vietnam.
  • Agriculture et agroalimentaire Canada : L’AAC a déployé un représentant régional vers de la mission du Canada à Jakarta, en Indonésie.

À moins d’indication contraire, les renseignements ont été fournis par l'Ambassade du Canada au Vietnam. Ce document n’est pas destiné à fournir des conseils précis et ne devrait pas être invoqué en tant que tel. Il est conçu comme un aperçu seulement. Aucune action ou décision ne devrait être prise sans une recherche approfondie indépendante et des conseils professionnels concernant l’objet spécifique de cette action ou décision. Bien qu’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (MAECD) ait fait des efforts raisonnables pour s’assurer que l’information contenue dans ce document est exacte, le MAECD n’en garantit pas l’exactitude, l’actualité ou l’exhaustivité. Ce document ou une partie de celui-ci peut devenir obsolète à tout moment. Il est de la responsabilité de l’utilisateur de vérifier toute information contenue dans ce document avant de s’appuyer sur de telles informations. Le MAECD n’est pas responsable de quelque manière que ce soit pour toute perte ou dommage causé par ou résultant de toute imprécision, inexactitude ou omission dans l’information contenue dans le présent document. Ce document ne constitue pas et n’est pas destiné à fournir un avis en matière d’investissement, ni un conseil juridique ou fiscal. Pour obtenir un avis en matière d’investissement, ou un conseil juridique ou fiscal, veuillez consulter un professionnel qualifié.