Comprendre l’assistance alimentaire

Une personne sur neuf dans le monde n’a pas assez à manger ou est mal nourrie. Au total, cela fait presque 800 millions de personnes.

La faim et la malnutrition détériorent la santé et réduisent la capacité de résilience face aux maladies et aux traumatismes. Cela signifie que les populations les plus pauvres du monde sont celles qui ont le plus de difficultés  à vivre longtemps et en santé.

Nos mesures pour réduire la faim dans le monde

L’aide alimentaire d’urgence est une intervention à court terme pour répondre aux besoins immédiats des populations, en particulier les réfugiés et les personnes déplacées. Venir en aide aux populations touchées par des catastrophes naturelles, des crises ou des conflits peut prendre diverses formes :

L’aide alimentaire d’urgence peut être fournie sous différentes formes : nourriture, argent liquide ou  bons d’alimentation.  L’argent et les bons préservent mieux la dignité des bénéficiaires puisqu’ils peuvent choisir les aliments qu’ils veulent acheter. Une économie monétaire doit être mise en place, avec des marchés locaux opérationnels qui peuvent faire face à la demande afin d’appuyer l’utilisation d’argent et de bons. Lorsque ces conditions ne peuvent être remplies, la distribution directe de nourriture est plus appropriée.

S’assurer que les partenaires  humanitaires aient la souplesse de choisir les modalités qui leur permettent d’adapter leur intervention en fonction des besoins des bénéficiaires et du contexte  changeant dans lequel ils fonctionnent.

L’aide alimentaire au développement est une réponse à moyen et long termes pour aider les populations vulnérables à se développer, à améliorer leurs propres revenus et à devenir autosuffisantes. Cette aide est essentielle au développement durable, elle consiste notamment à :

Nos partenaires pour réduire la faim

Nous appuyons les actions de la plus grande agence humanitaire au monde, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies pour éradiquer la faim et la pauvreté. Avec l’aide du Canada, le PAM a  pu atteindre 97,2 millions de personnes dans 80 pays. Il a aussi fourni des repas à l’école à 24,7 millions d’enfants dans 60 pays.

La Banque canadienne de grains apporte une aide alimentaire sous forme de  grains, de fournitures agricoles et d’aide en espèces. Elle offre aussi une aide au développement aux personnes dans le besoin, au nom des 15 agences membres du réseau des églises canadiennes. La Banque canadienne de grains est la première organisation non-gouvernementale canadienne qui intervient dans l’aide alimentaire et est un centre d’expertise reconnu en aide et en sécurité alimentaires. 

À titre de partenaire fondateur de l’Nutrition international, le Canada encourage les compléments alimentaires tels que la vitamine A et l’iode. Chaque année, l’Initiative pour les micronutriments atteint 500 millions de personnes dans plus de 70 pays pour veiller à ce que les populations vulnérables reçoivent les vitamines et minéraux dont elles ont besoin pour survivre.

Aide alimentaire efficace et rentable

Le Canada a entièrement délié son budget d’aide alimentaire. Avant 2009 plus de la moitié de l’aide alimentaire canadienne aux pays en développement provenant des partenaires de programmes devait être achetée au Canada. Le déliement de l’aide alimentaire a ouvert 100 % du budget de l’aide alimentaire à l’approvisionnement international. L’achat d’aliments produits localement ou régionalement apporte de l’aide à ceux qui en ont besoin rapidement, garanti une alimentation dans le respect des cultures, et appuie le fonctionnement économique des marchés locaux et régionaux.

Rôle du programme d’aide alimentaire et nutrition

Notre programmation en matière de  nutrition a pour objectif de sauver des vies et d’améliorer la santé en général.

Nous appuyons les stratégies pour:

Agriculture : instrument efficace de réduction de la pauvreté

Dans de nombreux pays en développement, en particulier en Afrique et en Asie, les petits exploitants agricoles produisent 80 % des aliments consommés. La majorité de ces agriculteurs sont des femmes. Si les femmes peuvent produire assez de récoltes durables pour leurs familles et vendre le surplus, cela peut ensuite leur permettre de faire éduquer leurs enfants.

L’agriculture durable a des effets positifs sur la paix et la sécurité des familles, des collectivités et des villages des pays en développement. C’est un des investissements les plus efficaces pour réduire la pauvreté et améliorer la sécurité alimentaire d’un pays. Cela comprend de l’aide pour:

Recherche et développement

Selon les estimations, la production alimentaire mondiale doit augmenter jusqu’à 70 % avant 2050. Les investissements en recherche et développement agricoles sont vitaux pour satisfaire la demande croissante.

Canada apporte son expérience considérable en recherche et développement agricoles pour l’utiliser à l’échelle mondiale en diffusant ses connaissances et ses ressources auprès des pays en développement pour:

Ces mesures donneront aux exploitants agricoles des pays partenaires un meilleur accès aux nouvelles technologies et savoir-faire spécialisé. Les exploitations agricoles seront en mesure de mieux faire face à la demande alimentaire croissante.

Liens connexes

Date de modification: