Le travail des enfants

Il y a peu d’images plus déchirantes que celles d’une fille ou d’un garçon qui est forcé d’aller travailler ou qui se voit empêché de fréquenter l’école.

Malgré une reconnaissance mondiale croissante des droits de l’enfant, il y a actuellement environ 168 millions d’enfants de 5 à 17 ans qui sont contraints de travailler.

Ceci représente près de 11 % de la population mondiale d’enfants.

Près de la moitié d’entre eux, soit environ 85 millions d’enfants (55 millions de garçons et 30 millions de filles) effectuent un travail dangereux. Ce chiffre est utilisé comme indicateur des « pires formes de travail des enfants ».

Les efforts du Canada pour mettre fin à l’exploitation et au travail des enfants

La promotion et la protection des droits de la personne font partie intégrante des efforts déployés à l’étranger par le Canada. En vertu de la loi canadienne (Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle), toute l’aide officielle au développement du Canada doit respecter les normes internationales en matière de droits de la personne.

Les dispositions sur le travail des récents accords de libre-échange signés par le Canada comprennent un engagement à abolir le travail des enfants.

Le Canada a soutenu les résolutions des Nations Unies sur les droits de l’enfant, notamment les éléments suivants :

Nous avons participé à la rédaction de la Convention no 182 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur les pires formes de travail des enfants, et nous l’avons ratifiée en 2000.

Le Canada considère que les pires formes de travail des enfants sont une violation de :

Les Principes régissant les entreprises dans le domaine des droits de l’enfant

Le gouvernement du Canada s’est réjoui de la diffusion au Canada des Principes régissant les entreprises dans le domaine des droits de l’enfant(en anglais seulement). Nous encourageons également les entreprises canadiennes à intégrer ces principes dans leurs pratiques d’affaire comme outil afin de guider des mesures pouvant être prises pour :

Collaborer avec nos partenaires pour lutter contre le travail des enfants à l’échelle internationale

En plus de sensibiliser la communauté internationale à ces questions, le Canada travaille en collaboration avec ses partenaires internationaux, y compris d’autres donateurs et avec l’OIT, pour lutter contre le travail des enfants à l’échelle internationale.

Le gouvernement du Canada a contribué à la Feuille de route, visant à l’élimination des pires formes de travail des enfants, adoptée en mai 2010 lors de la Conférence mondiale sur le travail des enfants.

La réduction de la pauvreté par le développement et la coopération est au cœur des efforts canadiens destinés à prévenir et à réduire le travail des enfants.

Affaires mondiales Canada finance des projets qui renforcent le bien-être des enfants et comprennent :

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant

Conformément à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, le Canada appuie la ratification et la mise en œuvre des normes internationales qui protègent les enfants :

Les conventions de l’Organisation internationale du travail

La Convention no 182 de l’Organisation internationale du travail (OIT) concerne l'interdiction des pires formes de travail des enfants et l'action immédiate en vue de leur élimination, elle exhorte les gouvernements à prendre des mesures immédiates et efficaces en vue d’éliminer les pires formes de travail des enfants, de manière urgente, ce qui comprend :

  1. toutes les formes d’esclavage ou de pratiques analogues, comme la vente et la traite des enfants, y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés
  2. l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant à des fins de prostitution, de production de matériel pornographique ou de spectacles pornographiques
  3. l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant aux fins d’activités illicites, notamment pour la production et le trafic de drogues
  4. les travaux qui, par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant

La Convention no 138 de l’OIT concerne l’âge minimum d’admission à l’emploi, elle constitue l’une des huit conventions fondamentales de l’OIT qui sont considérées comme essentielles à la promotion du travail décent. Elle vise à faire en sorte que les enfants ne quittent pas l’école pour commencer à travailler à un trop jeune âge en précisant l’âge auquel les enfants peuvent travailler ou être employés.

Les normes internationales en matière de droits de la personne

Le Canada a ratifié les traités internationaux sur les droits de la personne ci-dessous, portant sur le travail des enfants, y compris celui concernant les pires formes de travail des enfants :

Liens connexes

Du Gouvernement du Canada

Sites internationaux

Date de modification: