Les droits des LGBTI

Persécution en Tchétchénie

Le 15 avril 2017, le Canada condamne la persécution dont sont victimes les membres de la communauté LGBTQ2 en Tchétchénie.

Le 26 avril 2017, la Coalition pour l'égalité des droits (ERC) a publié une déclaration sur la Déclaration sur la situation en Tchétchénie.

Le 27 avril 2017, le Canada a prononcé une déclaration au conseil permanent de l’OSCE concernant la situation des hommes gais et bisexuels en Tchétchénie.

En juillet 2016, le Canada a participé à la Conférence mondiale sur les droits des personnes LGBTI, à Montevideo, et a signé les Principes fondateurs (en anglais) de la Equal Rights Coalition (ERC), le tout premier réseau intergouvernemental visant à promouvoir et à protéger les droits des personnes LGBTI à l’échelle internationale. Jusqu’à maintenant, plus de trente pays se sont joints à la Coalition. En avril 2017, 23 membres de la Coalition ont publié une déclaration sur la situation des personnes LGBTI en Tchétchénie.

Consultez les réponses additionnelles du gouvernement du Canada émises le 10 avril 2017 (Tweet par : Politique étrangère Canada le 10 avril 2017), 11 avril 2017 (Tweet par : L'Ambassade du Canada en Russie le 11 avril 2017) et 11 avril (2e partie) (Tweet par : L'Ambassade du Canada en Russie le 11 avril 2017).

Le gouvernement du Canada est un défenseur de la protection et de la promotion des droits des lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres et intersexués (LGBTI) du monde entier.

Contexte actuel

Plus de 70 pays criminalisent le comportement homosexuel en se servant de lois qui datent souvent de l’époque coloniale. Parmi ceux-ci, cinq pays imposent la peine de mort. Toutefois, même s’ils n’appliquent pas de telles lois, les autorités ferment parfois les yeux sur des actes de violence motivée par la haine, des arrestations arbitraires, la torture, des agressions sexuelles et même des meurtres de personnes LGBTI. Ces situations peuvent également se produire dans des pays où le comportement homosexuel n’est pas illégal.

Que fait le Canada pour protéger les LGBTI sur la scène internationale?

Le Canada estime que les droits de la personne sont universels et indivisibles, qu’ils englobent les droits des LGBTI. Pour promouvoir et protéger les droits des LGBTI, nous :

Nous avons recours aux instruments bilatéraux et multilatéraux pour :

Offrir une protection aux réfugiés

Depuis nombre d’années, le Canada réinstalle des personnes vulnérables, y compris celles qui appartiennent à la communauté LGBTQ2.

Le Canada se fie au Haut-Commissariat des Nations Unies, à d’autres organisations de recommandation et aux répondants du secteur privé pour identifier des personnes qui sont persécutées en raison de leur orientation, de leur identité ou de leur expression sexuelle, ou encore de leur séropositivité.

En outre, des lignes directrices annoncées par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada aideront à mieux comprendre les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes ayant diverses orientations, identités et expressions sexuelles lorsqu’elles présentent leur demande d’asile devant la Commission.

Le Canada continuera d’encourager publiquement et de manière proactive le parrainage de réfugiés qui sont victimes de violence et de persécution, notamment en raison de leur orientation, de leur identité ou de leur expression sexuelle, ou encore de leur séropositivité. Pour en savoir plus : Offrir une protection aux réfugiés LGBTQ2.

Reconnaissance internationale

Initiatives des Nations Unies relatives aux LGBTI

Un nombre croissant d’agences et de programmes de l’ONU est désormais ouvert aux LGBTI. Le bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) de l’ONU est à l’avant-garde. Un résumé publié en 2015 présente un large éventail de ses initiatives. La page Web (en anglais uniquement) du HCDH comprend des liens vers des rapports et des résolutions de l’ONU relatives à l’orientation sexuelle et l’identité de genre ainsi que des informations sur Vitit Muntarbhorn un expert-indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Le HCDH assure aussi la promotion des droits des LGBTI à l’aide de son programme Libre et égaux. L’initiative intitulée Being LGBT in Asia (en anglais) constitue un exemple des initiatives de développement du Programme des Nations-Unies. ONU SIDA étudie également les questions LGBTI liées à la de santé en Asie (en anglais). L’UNESCO préconise une prise de conscience accrue de la violence homophobe et transphobe dans le système éducatif. L’Organisation Mondiale de la Santé attiré l’attention sur les liens entre la santé sexuelle et les droits de la personne.

Organisations internationales et financement

À Washington, D.C., la Banque mondiale vient de nommer le premier conseiller sur les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre, tandis que la Commission interaméricaine des droits de l’homme a nommé un Rapporteur des droits des personnes LGBTI (en anglais et espagnol). L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a étudié  les crimes haineux ciblant les personnes LGBTI (en anglais), et la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples a voté pour condamner la violence fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. La question LGBTI a aussi été évoquée au sein du Commonwealth (en anglais. Plusieurs organisations internationales appuient aussi des programmes en rapport avec les droits des LGBTI, dont le Fonds mondial pour l’Égalité (en anglais), le Global Philanthropy Project (en anglais), et Arcus Foundation (en anglais).

Organisations non-gouvernementales (ONG)

De plus en plus d’ONG canadiennes travaillent à sensibiliser les gens et à améliorer la vie des personnes LGBT dans le monde entier. L'Initiative dignité et Égale travaillent actuellement à des politiques et des programmes dans ce domaine. La Fondation Émergence et Equitas (en anglais), établis à Montréal, travaillent aussi sur les questions des droits des personnes LGBTI.

Liens connexes

Date de modification: