La croissance au service de tous

Le Canada croit que la participation pleine et égale des femmes dans l’économie est nécessaire à la croissance inclusive. Dans la plupart des pays, les inégalités entre les genres sont plus grandes chez les personnes pauvres. Le Canada considère que la croissance inclusive constitue un domaine d’intervention prioritaire parce qu’elle est essentielle à la réduction de la pauvreté. Cependant, la croissance inclusive, le développement et la paix durable ne sont pas possibles que si les femmes et les filles sont valorisées, et leur pouvoir, renforcé.

L’aide internationale du Canada contribuera à la construction d’un monde plus inclusif et prospère. Un tel monde verra l’égalité des genres devenir une réalité, et les femmes et les filles contribueront pleinement aux possibilités économiques tout en bénéficiant de celles-ci.

Le Canada encouragera la croissance économique inclusive, qui aide les personnes les plus pauvres, les plus vulnérables et les plus marginalisées à participer à l’activité économique et à en bénéficier, notamment en soutenant l’agriculture durable, l’entrepreneuriat, ainsi que les associations de producteurs et les coopératives. Le Canada soutiendra aussi la création de micro, petites et moyennes entreprises, et favorisa l’accès à un emploi décent, en particulier pour les femmes.

Croissance inclusive : accroissement des bénéfices

Au cours des trois dernières décennies, le monde a fait d’impressionnants progrès en matière de réduction de la pauvreté. La croissance économique a contribué à sortir plus d’un milliard de personnes de la pauvreté extrême dans le monde en développement. Dans de nombreux pays, la croissance économique a fait augmenter les revenus, procuré un meilleur accès aux biens et aux services et accru les niveaux de vie. Le secteur privé, responsable de la création de 9 emplois sur 10 dans les pays en développement et les pays émergents, est essentiel à cette croissance.

Dans un même ordre d’idées, des millions de personnes dans le monde continuent de souffrir de la pauvreté et de l’inégalité. On estime que 10,7 % de la population mondiale (766 millions de personnes) vit encore dans la pauvreté extrême (moins de 1,90 $ US par jour, en moyenne). Les avantages de la croissance économique n’ont pas profité également à tous, en particulier aux femmes.

De nombreux pays s’accordent à reconnaître qu’une nouvelle stratégie en matière de croissance et de développement économiques est nécessaire à la réduction de la pauvreté. Cette stratégie contribuerait à l’atteinte de l’objectif 8 du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies, qui porte sur le travail décent et la croissance économique. Il devrait y avoir une meilleure répartition des revenus et un accès amélioré pour tous aux ressources humaines, financières et naturelles, ainsi qu’une meilleure gestion de celles-ci.

Le renforcement du pouvoir économique des femmes et des jeunes offre une véritable façon de veiller à ce que la croissance atteigne les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables. Le renforcement de leur pouvoir économique contribuera aussi à combler les écarts entre les genres qui freinent la croissance et perpétuent la pauvreté.

Promotion des droits des femmes et renforcement de leur pouvoir économique

Les inégalités entre les genres sont généralement plus grandes parmi les populations pauvres, en particulier dans les domaines de l’éducation, de la santé et des possibilités économiques. Les femmes assument davantage de travail non rémunéré et elles ont moins accès aux ressources et aux services financiers que les hommes, ce qui nuit à leur capacité à entreprendre des activités économiques rémunérées. Dans les pays en développement, le travail des femmes est concentré dans le secteur agricole et dans des emplois peu rémunérés faisant l’objet de ségrégation selon le genre, qui offrent peu de protections sociales.

Toutefois, les femmes ont la capacité de transformer l’économie de leur pays, leur société de même que leur ménage. Les femmes en sont capables si elles profitent d’un accès égal aux ressources et à l’éducation, et si les hommes assument de manière égale le travail non rémunéré. Il est nécessaire d’investir dans les femmes et les filles pour que l’égalité des genres devienne une réalité. Cet investissement constitue aussi un moyen intelligent de réduire la pauvreté et les inégalités. Grâce à l’égalité des genres, nous nous assurons que les femmes et les filles ont les occasions de contribuer à la croissance économique et d’en bénéficier tout autant.

Pour améliorer les droits et le renforcement du pouvoir économique des femmes, le Canada :

Amélioration de notre efficacité : mise à profit de l’investissement

Le coût pour atteindre les 17 objectifs de développement durable du Programme à l’horizon 2030 est estimé à 5,7 mille milliards de dollars. Afin de réussir à mobiliser ces fonds, la communauté internationale devra déployer un effort concerté et affecter les ressources de l’aide publique au développement là où les besoins sont les plus criants. Il faudra aussi de nouveaux partenariats et des initiatives pouvant générer du financement et des investissements additionnels. Heureusement, les ressources financières pouvant financer le développement sont aujourd’hui plus grandes et plus diversifiées que dans le passé.

Le Canada cherchera activement à optimiser ses investissements dans les pays en développement en exploitant plus efficacement tous les types de ressources disponibles. Cela inclut de nouvelles modalités de financement comme le financement mixte, les contributions remboursables et les autres initiatives qui encouragent l’investissement du secteur privé et le cofinancement.

Le Canada a également lancé l’Institut de financement du développement, une filiale d’Exportation et développement Canada. Ce nouvel institut a reçu un capital initial de 300 millions de dollars. Il pourra compter sur un éventail d’instruments de financement afin de soutenir l’investissement du secteur privé dans les pays en développement. On y priorisera notamment la croissance économique verte et les entreprises dirigées par les femmes et par les jeunes. En agissant de la sorte, l’Institut mobilisera les investissements commerciaux afin de soutenir les initiatives qui s’harmonisent avec les priorités du Canada en matière de développement.

Aide plus intégrée : développement et commerce progressistes

Les initiatives commerciales et de développement plus intégrées peuvent aussi contribuer à la réduction de la pauvreté et des inégalités. Comme le Canada est un pays commerçant, sa vitalité économique dépend de la diversification du commerce et de l’identification de nouveaux marchés pour ses biens et services. L’investissement canadien dans ces marchés peut créer des emplois et améliorer les revenus.

Les pays en développement pourront devenir les prochains partenaires commerciaux du Canada, ce qui générera de nouvelles possibilités pour notre économie et la classe moyenne. Le gouvernement du Canada travaille à la préparation d’un programme commercial progressiste qui permettra de s’assurer que l’égalité des genres est véritablement prise en compte dans les négociations commerciales.

Aide plus réactive : recherche, innovation et outils efficaces

Des travaux de recherche, des travaux liés à l’innovation et des outils efficaces seront essentiels à l’atteinte des Objectifs de développement durable et à la croissance inclusive. Une aide internationale mieux adaptée exige aussi des outils de financement efficaces et efficients. Le Canada accroîtra son éventail de mécanismes de financement, ce qui permettra la réalisation de programmes d’aide conjoints avec d’autres donateurs, des partenariats multipartites et un financement optimisé et mixte.

Le Canada tirera aussi parti des instruments de financement et il en créera de nouveaux pour encourager la collaboration novatrice et l’expérimentation intelligente. Parmi ces instruments, on trouvera en outre des concours et des défis, du microfinancement, du financement incitatif et des mécanismes de programmes conjoints.

Affaires mondiales Canada fera croître l’innovation au sein de ses programmes d’aide et de ses mécanismes de financement. Il cherchera de nouvelles façons de travailler et de nouveaux partenariats pouvant accroître l’impact du développement, notamment au moyen de partenariats de financement novateurs et de plus grands investissements dans la recherche et d’autres initiatives.

Partenariats plus efficaces : mobilisation du secteur privé

Le Canada reconnaît le rôle fondamental du secteur privé pour stimuler la croissance économique grâce au commerce et à l’investissement. Le secteur privé est aussi une source importante d’expertise. Le Canada soutiendra les efforts des pays en développement visant à créer des systèmes stables fondés sur des règles, qui peuvent attirer des investissements et aider les entreprises à prospérer.

Le Canada conclura des partenariats avec le secteur privé qui favorisent le cofinancement et l’investissement, et contribuent à mettre au point des solutions pour relever les défis liés au développement. Ces partenariats créeront davantage d’occasions pour les personnes les plus démunies et les plus vulnérables afin qu’elles puissent profiter, elles aussi, de la croissance économique.

Date de modification: