Initiative de sécurité contre la prolifération

L’initiative de sécurité contre la prolifération (ISP) a été lancée en mai 2003 en réponse au défi croissant posé par la prolifération des armes de destruction massive (ADM), de leurs vecteurs et des matières connexes. Voici une liste des pays ayant entériné les principes de l’Initiative de sécurité contre la prolifération pour novembre 2017.

Les nations participantes ont adopté une Déclaration sur les principes d’interdiction qui comprennent des engagements politiques, consistant entre autres à :

L’ISP se distingue surtout comme une « activité » plus qu’une organisation et reste un mécanisme flexible, volontaire et ouvert.

La position canadienne

Canada a rejoint l’ISP en décembre 2003. Plus de 100 autres états participent également à cette initiative. La participation à l’ISP va dans le sens des efforts déployés par le Canada pour renforcer les mécanismes de lutte contre la prolifération en vue de promouvoir la stabilité régionale et la sécurité internationale. La participation du Canada à l’ISP nous aide à :

La participation à l’ISP est caractérisée par son approche multidisciplinaire pangouvernementale. Affaires mondiales Canada est le chef de file des questions d’ordre politique tandis que le Ministère de la Défense nationale est le chef de file des questions opérationnelles.

Le Canada a participé à toutes les réunions du Groupe d’experts opérationnels (GEO) au cours desquelles les spécialistes de 21 principaux états participants à l’ISP se rencontrent pour échanger des informations sur les tendances en matière de prolifération et les réponses possibles. Le Canada a été l’hôte de réunions du GEO à Ottawa (en 2004 et 2015) et à Montréal (en 2006).

Le Canada a aussi participé activement au programme d’exercices de l’ISP, permettant aux états de tester leurs capacités opérationnelles d’interception terrestre, marine et aérienne. En pratiquant des exercices multinationaux, les participants à l’ISP montrent clairement aux candidats-proliférateurs leur volonté collective de combattre le trafic illicite d’ADM, de leurs vecteurs et des matières connexes.

Renforcement des capacités et exercices

Le Canada participe aux exercices de renforcement des capacités afin d’aider les pays participants à l’ISP à développer des capacités de lutte contre la prolifération.

L’édition de juin 2017 de l’Exercice TRADEWINDS annuel, par exemple, comporte une composante de lutte contre la prolifération, simulant l’arraisonnement d’un navire marchand suspecté de transporter des matières connexes aux ADM. L’exercice TRADEWINDS est un exercice multinational mené par l’U.S. Southern Command qui promeut la coopération régionale en matière de sécurité et comprend l’interception maritime et la sécurité terrestre.

Le Canada est aussi l’hôte régulier d’ateliers et de séminaires techniques visant à appuyer la lutte contre la prolifération dans les Caraïbes. Ces évènements ont pour objectif le renforcement des capacités dans le secteur, notamment l’application des procédures douanières et l’identification des produits.

Le Groupe d’experts opérationnels

Le Groupe d’experts opérationnels (GEO) de 21 pays, dont le Canada, fournit à ses membres un cadre annuel de rencontre pour partager leurs expériences et coordonner leurs réponses nationales faces aux menaces émergentes.

Le Groupe joue un rôle vital pour garantir l’efficacité de l’ISP en:

Les pays membres du GEO sont :

Capacités et pratiques essentielles

Les efforts portant sur les capacités et pratiques essentielles ont commencé en 2010 afin de fournir des ressources concrètes pour la mise en œuvre de la Déclaration de l’ISP sur les principes d’interdiction. L’équipe d’examen appuie les efforts. Elle gère une bibliothèque d’outils et de ressources qui est mise à la disposition des pays participants. Celle-ci comprend des lois-type, des guides d’identification des produits, des analyses juridiques des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et des pratiques exemplaires de partage d’information.

Le Canada dirige l’équipe d’examen en 2016-2017. Les autres membres de l’équipe d’examen sont : l’Australie, la France, l’Allemagne, la Norvège, la Pologne, la Russie et les États-Unis.

Pour de plus amples renseignements :

Date de modification: