L’aide internationale canadienne en Irak

L’Irak a été directement touché par la crise en Syrie et l’instabilité créée par Daesh. La campagne de violence de Daesh a entraîné le déplacement interne de plus de 3 millions d’Irakiens.

Des centaines de milliers de réfugiés syriens, fuyant la violence dans leur pays, se sont rendus en Irak. Plus de 10 millions d’Irakiens, soit le tiers de la population du pays, ont maintenant besoin d’aide.

L’Irak est l’un des pays qui comptent le plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays, et l’ampleur du problème est telle que les gouvernements locaux et les organismes communautaires ne peuvent plus répondre aux besoins.

Cet afflux de population impose une pression excessive sur les services de santé, d’éducation et de protection sociale, ainsi que sur l’économie locale. Le niveau de vie a baissé, et une portion importante de la population vit maintenant dans la pauvreté.

L’intervention du Canada en réponse à cette crise est axée sur une assistance humanitaire immédiate et une aide au développement à plus long terme en vue d’apporter de l’aide aux personnes les plus touchées. De plus, le Canada contribue, en s’attaquant aux causes sous-jacentes de la crise, à l’amélioration de la sécurité et la stabilité. Le programme bilatéral d’aide au développement du Canada en Irak vise à accroître la résilience des collectivités et des institutions gouvernementales, à améliorer l’accès aux services gouvernementaux et à soutenir une meilleure gouvernance.

Les programmes menés en Irak s’inscrivent dans la stratégie du Canada pour le Moyen-Orient et pour la lutte contre Daesh. Ils ont pour but d’aider les personnes les plus touchées par la violence dans la région. Le Canada veut alléger le fardeau des collectivités d’accueil et aider notamment les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. Il aide à développer la capacité des administrations locales à fournir des services, à créer de meilleures conditions d’emploi ainsi qu’à jeter les bases de la stabilité et de la prospérité.

Notre aide au développement international

Faites une recherche dans la Banque de projets pour découvrir ce que fait le Canada pour aider au développement de l’Irak

Au début de 2016, le premier ministre Justin Trudeau a présenté les nouvelles orientations canadiennes pour faire face aux crises en Irak et en Syrie. C’est ainsi qu’au cours des trois prochaines années, le Canada prévoit notamment accroître le soutien financier accordé aux programmes de sécurité et de stabilisation, ainsi qu’aux programmes d’aide humanitaire et d’aide au développement.

En complément à notre aide humanitaire, l’aide au développement contribuera à améliorer l’accès à des services de base (l’eau, par exemple) et à favoriser la croissance économique. Par exemple, la formation professionnelle et technique (FPT) tient compte des besoins du marché local de l’emploi. Ces efforts aideront à renforcer la résilience des collectivités et des institutions gouvernementales, notamment par la décentralisation fiscale, et contribueront à accroître les possibilités de gagne-pain, surtout pour les femmes et les jeunes.

Appuyer les administrations locales

Le Canada appuie des administrations locales qui sont décentralisées et efficaces, car elles sont mieux outillées pour assurer la prestation de services de base à tous ceux qui vivent en Irak, y compris les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les réfugiés.

Le gouvernement du Canada estime que la solution à la crise en Irak doit être principalement de nature politique. Grâce à un projet mis en œuvre par l’Institut sur la gouvernance, le Canada s’est engagé à appuyer l’amélioration de la gouvernance en Irak.

Le projet de décentralisation financière et de renforcement de la résilience en Irak vise à créer un État irakien fédéral et démocratique en aidant les différents ordres de gouvernement à définir leurs rôles et responsabilités en matière fiscale, conformément à la Constitution irakienne.

Principaux résultats escomptés

L’aide offerte par le Canada veille à ce que des collectivités irakiennes résilientes puissent offrir un meilleur accès aux services de base, tels que l’eau potable, à tous les enfants, y compris aux réfugiés et aux personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Accès amélioré à l’eau

À titre d’exemple des efforts du Canada en vue d’améliorer les infrastructures communautaires d’approvisionnement en eau, on citera : la collectivité de Khanke, dans le nord de l’Irak,  qui a accueilli plus de 18 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays. Un des principaux défis des autorités locales consiste à leur donner accès à de l’eau potable. Jusqu’à tout récemment, Khanke ne pouvait approvisionner en eau potable les collectivités locales et son camp de personnes déplacées qu’à raison de deux heures, trois fois par semaine. L’année dernière, de concert avec Vision mondiale, le Canada a réussi à restaurer le réseau de distribution et de stockage de l’eau de Khanke et à l’améliorer.

Principaux résultats escomptés

Liens connexes

Date de modification: