L’aide internationale canadienne en Afrique du Sud

Avec une population supérieure à 48 millions d’habitants et l’économie la plus diversifiée et la deuxième plus avancée en Afrique subsaharienne, l 'Afrique du Sud est devenue l’un des principaux moteurs de croissance sur le continent depuis la fin de l'apartheid en 1994. Elle possède un marché diversifié, d’abondantes ressources naturelles, un secteur de services financiers bien développé, un secteur manufacturier bien établi, des infrastructures de transport étendues et de bons réseaux de communications. Elle est aussi l'un des principaux architectes du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD, en anglais), et un acteur important en matière de stabilité régionale.

Le Pays est toutefois confronté à d’importants défis en matière de développement, au nombre desquels figurent : de fortes inégalités de revenus, un taux élevé de VIH/SIDA, un taux élevé de criminalité, de violences sexuelles et d’insécurité, un taux élevé de chômage, et un accès inégal aux services publics de base.

Classement selon l’indice de développement humain de l’ONU

L'Afrique du Sud occupe le 116e rang sur 188 pays selon l'indice du développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement. Depuis 1990, elle a reculé d'une quarantaine de places, surtout en raison de la pandémie de VIH/sida. Ce fléau a fortement réduit l'espérance de vie et continue de mettre à rude épreuve les services sociaux, en plus d'imposer un lourd fardeau aux femmes et aux enfants. On estime qu’en Afrique du Sud un adulte sur cinq est séropositif. Cela en fait l’un des pays au monde avec le plus grand nombre de personnes infectées. Selon des estimations, environ 1,2 millions d’enfants ont perdu leurs deux parents à cause du VIH/sida.

L'Afrique du Sud possède de solides politiques juridiques et constitutionnelles, mais n'a pas les capacités pour les mettre en œuvre efficacement. Cette situation s'explique en partie par l'éducation médiocre reçue par de nombreux Sud-Africains de race noire pendant l'apartheid, et par la trop lente réforme de l'éducation depuis la disparition de ce régime. Le manque de compétences qui en résulte, associé à un taux de chômage de 25 %, rend difficile pour le gouvernement sud-africain de fournir des services aux collectivités démunies.

Notre aide au développement international

Faites une recherche dans la Banque de projets pour découvrir comment le Canada appuie le développement de l’Afrique du Sud

Le Canada et l'Afrique du Sud ont signé un accord général de coopération au développement en 2006. La programmation canadienne bilatérale en matière de développement en Afrique du Sud correspond étroitement aux principales priorités indiquées dans le Plan 2030 de développement national du gouvernement sud-africain.

L'Afrique du Sud s’est engagée à renforcer ses systèmes d'administration publique et réglementaire et à offrir de meilleurs services publics à sa population. La grave pénurie de compétences au sein du gouvernement national, des gouvernements provinciaux et des administrations locales de l'Afrique du Sud réduit la capacité de ces derniers à fournir des services aux pauvres. Le Canada aide à renforcer la capacité du gouvernement sud-africain à employer ses ressources de manière efficace et transparente pour fournir à ses citoyens des services publics essentiels.

Principaux résultats escomptés

Renforcer l’efficacité de l’aide

L'Afrique du Sud adhère à la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement Elle est un de ses plus ardents défenseurs, en plus de se faire le champion de sa mise en œuvre.

Les donateurs sont invités à acheminer leurs contributions par l'entremise du Fonds pour le Programme de reconstruction et de développement du Trésor national sud-africain. Ce Fonds est géré selon les principes de la prise en charge locale, de l'harmonisation avec les procédures et les processus locaux, de la responsabilité mutuelle et de l'obtention de résultats.

Liens connexes

Date de modification: