L’aide internationale canadienne en Syrie

Jusqu’à récemment, la Syrie ressemblait à bien d’autres pays à revenu moyen. C’était un pays relativement stable jouissant d’une économie robuste et où l’on retrouvait des sites patrimoniaux et culturels populaires. La population du pays était instruite, et les systèmes nationaux de prestation de services et administratifs étaient relativement solides.

La situation a commencé à changer en 2011, année où s’est amorcé en Syrie le conflit actuel, violent et généralisé. Le conflit a causé d’énormes dommages aux infrastructures, l’effondrement de l’économie, la perte des moyens de subsistance à l’échelle nationale, l’effritement du tissu social et des centaines de milliers de décès et de blessures. Le conflit a également entraîné le déplacement de millions de personnes (plus de la moitié de la population syrienne est déplacée), créant en Syrie la plus importante crise dans le monde aujourd’hui.

Dans le pays, plus de 13 millions de personnes ont besoin désespérément d’aide humanitaire; plus de 6 millions d’entre elles ont été déplacées à l’intérieur du pays en raison du conflit. La nature particulièrement violente et fluctuante du conflit a gravement perturbé l’acheminement de l’aide humanitaire, rendant de nombreuses collectivités inaccessibles. Ces collectivités, qui n’ont pas accès à de l’aide humanitaire ni à aucun moyen de subsistance, doivent lutter seules pour pourvoir à leurs besoins essentiels quotidiens. Plus de 5 millions de Syriens se sont enfuis vers des pays voisins (notamment la Jordanie, le Liban et la Turquie), lesquels subissent des pressions de plus en fortes.

Ces événements ont eu une incidence importante sur la capacité des Syriens d’atteindre leurs objectifs de développement à long terme. À la fin de 2016, la Syrie se classait au 149e rang sur 183 pays classés selon l’indice du développement humain des Nations Unies, alors qu’en 2010, soit avant le conflit, le pays se classait 113e sur 189 pays classés. Plus de trois Syriens sur quatre vivent dans la pauvreté, et plus de la moitié dans l’extrême pauvreté.

En Syrie, un nombre disproportionné de personnes affectées par le conflit sont des enfants et des jeunes qui ont absolument tout perdu : leur maison, leur école, leurs amis et souvent des membres de leur famille. Si les droits de ces enfants et de ces jeunes ne sont pas respectés, ils risquent de devenir une génération perdue. En raison de ce conflit, les quelque 6 millions de femmes et de filles qui vivent en Syrie courent également un risque accru de subir des actes de violence et de devenir vulnérables aux agressions et à l’exploitation sexuelle.

Compte tenu de la crise humanitaire actuelle et du recul important des perspectives de développement à long terme auxquels est confrontée la population syrienne, et compte tenu de la nécessité de se préparer en vue d’une éventuelle reconstruction et d’un relèvement lorsque les hostilités auront pris fin et que les conditions y seront propices, le Canada travaille en étroitement avec la communauté internationale pour acheminer de l’aide essentielle afin de combler les besoins à court, à moyen et à long terme de la population syrienne. Ceci s’applique à la fois aux personnes qui ont échappé la violence persistante en s’enfuyant dans les pays voisins et aux personnes restées en Syrie.

Stratégie du Canada en Syrie

En février 2016, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé la stratégie du Canada pour faire face aux crises actuelles en Irak et en Syrie, notamment des augmentations pour la période 2016-2019 de l’aide canadienne à la sécurité, à la stabilisation ainsi qu’à l’aide humanitaire et au développement. En complément des autres actions Aide humanitaire, l’aide canadienne au développement contribuera à maintenir et à développer les compétences, les systèmes et la cohésion communautaire en Syrie, en améliorant les moyens de subsistance, particulièrement pour les femmes et les jeunes, et en soutenant la prestation des services essentiels (p. ex., l’éducation, l’eau, la santé). Ces efforts contribueront à renforcer la résilience des personnes, des collectivités et des systèmes afin de résister à la crise et de bien se positionner en vue de contribuer à la reconstruction et au relèvement éventuels de la Syrie.

Résultats escomptés

Réalisations

Liens connexes

Date de modification: