Soins de santé adaptés aux différences culturelles pour les femmes des régions éloignées de l’Afghanistan

Daikundi est une province reculée et montagneuse de l’Afghanistan qui est parsemée de petites vallées difficilement accessibles.

Dans le cadre du Projet de maisons pour la santé familiale, des Afghanes suivent une formation de sages-femmes. Elles retourneront ensuite dans leurs collectivités pour travailler dans une maison de santé familiale, souvent dans une région éloignée.

Le paysage est certes époustouflant, mais il est aussi responsable du grave problème d’accès aux soins de santé. Selon le Fonds des Nations Unies pour la population, une femme meurt toutes les deux heures des suites de complications liées à la grossesse dans cette région.

Ce scénario est courant en Afghanistan, où 40 p. cent de la population habite à plus de trois heures et demie de marche du centre de santé le plus près.

Des soins de santé communautaire offerts dans des Maisons pour la santé familiale

Le projet des Maisons pour la santé familiale contribue à résoudre ce problème. Le Canada contribue à ce projet par le biais du Fonds des Nations Unies pour la population dans cette région.

Chaque Maison pour la santé familiale fournit des soins de santé à entre 1 500 et 4 000 personnes. Les maisons sont dotées d’une salle d’accouchement, d’une salle d’examen et d’une salle d’attente.

Selon les coutumes locales, seule une femme peut offrir des soins de santé professionnels aux femmes afghanes. Les services sont offerts tous les jours, 24 heures sur 24 dans un cadre sécuritaire et respectueux de la culture. Les services offerts aux femmes afghanes comprennent :

  • Soins prénataux
  • Accouchement
  • Soins postnatals
  • Soins de santé pour les nouveau-nés et les enfants
  • Soutien à l’allaitement
  • Planification familiale
  • Vaccination

En 2016, près de 50 Maisons pour la santé familiale ont vu le jour dans la province de Daikundi. Les Maisons sont des lieux sécuritaires où les Afghanes peuvent faire des choix concernant leurs propres besoins de santé et ceux de leur famille.

Des sages-femmes locales qui viennent en aide aux femmes localement

Dans les régions rurales traditionnelles de l’Afghanistan, la femme a un rôle très limité à l’extérieur du foyer familial.

Le succès de ce projet repose en grande partie sur le recrutement de femmes locales pour participer au programme de formation de sages-femmes. Le projet favorise l’inscription des filles, ce qui les incite à rester à l’école avec l’appui de leur collectivité.

Après la formation, les femmes retournent dans leur collectivité et travaillent comme sages-femmes rémunérées dans les Maisons pour la santé familiale.

Ce type de soutien au niveau local contribue à l’intégration des Maisons pour la santé familiale dans chaque collectivité. Il permet aussi aux femmes de connaître les services de santé à leur disposition.

Améliorer la santé des Afghanes à risque

Pour améliorer les conditions de vie des femmes et des filles afghanes, il est essentiel d’améliorer l’accès à des soins de santé de qualité en Afghanistan.

Les Maisons pour la santé familiale ont un effet positif sur les conditions de vie des femmes à l’échelle communautaire puisqu’elles répondent aux besoins des patientes à risque et traitent les cas complexes.

Des équipes de santé mobiles se rendent dans les Maisons pour la santé familiale et assurent la supervision et l’encadrement des sages-femmes en plus d’apporter des fournitures.

Grâce à ce mécanisme de surveillance intégré, les professionnels de la santé itinérants peuvent aiguiller vers des services spécialisés les femmes et les nourrissons qui :

  • ont besoin de soins d’urgence;
  • présentent une grossesse à risque élevé;
  • ont besoin de soins obstétricaux et postnatals plus poussés.

Les services de communication et de transport entre les établissements facilitent l’aiguillage des patientes vers d’autres services.

Cette initiative à multiples bailleurs de fonds encourage les femmes à repousser les limites des normes sociales traditionnelles en prenant des décisions par rapport à leur propre santé, situation, famille et collectivité.

Date de modification: